• Fahmi Bhs est directeur d'une société d'équipement médical à Jakarta, en Indonésie, mais aussi et surtout, il fait de superbes photos, avec une prédilection pour les sujets sur la nature. Voici ici immortalisé par lui une surprenante séance de guili-guili entre une mante religieuse et un crapaud.(Fahmi Bhs/SOLENT NEWS/SIPA)

    Une autre ?

    Une surprenante séance de guili-guili

     


    votre commentaire
  • Alors que l’année Renaissance touche à sa fin dans la cité ducale, que beaucoup envient Marseille, capitale européenne de la culture, il est bon de se souvenir que Nancy fut, en d’autres temps, la capitale… du monde !

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Nous sommes en 1909. Vingt ans après la grande exposition universelle rendue illustre par la construction de la tour Eiffel. Nancy, à cette époque, rayonne, éblouit, resplendit. Du 1er mai au 31 octobre, la capitale de Meurthe-et-Moselle accueille « L’Exposition internationale de l’Est de la France ». Près de 2,5 millions de visiteurs s’y presseront en l’espace de six mois.

     Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    L’idée de tenir l’événement s’était imposée face à l’Allemagne voisine qui avait étendu ses tentacules après la guerre de 1870, en annexant l’Alsace et la Moselle. Dans le guide officiel de l’exposition, on apprend que le tout premier à évoquer cette grande manifestation est un architecte messin répondant au nom de Jacquemin. C’était en 1904. « Dans sa séance du 22 mars 1906, le conseil municipal, à l’unanimité, en décida l’exécution », peut-on aussi lire dans le guide. Les architectes évaluent le budget à 847.000 francs, L’impulsion est donnée par la Société industrielle de l’Est et de la Chambre de commerce.

    Dans cette Lorraine coupée en deux, il s’agit de montrer toute la vitalité de l’industrie dans l’Est de la France.

    Nancy en est le meilleur exemple. Après l’époque des ducs de Lorraine, elle vit sans doute sa période la plus faste. Les Alsaciens et Mosellans n’y sont d’ailleurs pas étrangers. Fuyant l’envahisseur, ils s’installent dans la ville en pleine émulation art déco, à l’image des Daum, Lang, Krug et autres Fruhinsholz.

    L’exposition s’installe dans l’ouest de la ville. L’endroit retenu a pour épicentre l’actuel parc Sainte-Marie et s’étend de la rue Jeanne-d’Arc à la rue du Sergent-Blandan et, du nord au sud, de la rue Pasteur à l’avenue de la Garenne.

    Le chantier d’installation démarra durant l’été 1908. Sept palais vont surgir de terre pour abriter plus de 2.000 exposants. Ils sont les dignes représentants des métiers de la métallurgie, de l’électricité, du textile, des arts libéraux, de l’alimentation et des transports. « Les chemins de fers construisent une voie spéciale pour apporter les matériaux et trois lignes de tramway sont rallongées. Il faudra 24.000 heures de travail à l’entreprise Fould pour ériger une porte d’entrée de 23 m de haut à l’angle de la rue Jeanne-d’Arc et de l’avenue Boffrand », écrit Hélène Sicard-Lenattier dans l’ouvrage « Nancy 1909 ». Cet Arc de triomphe monumental est offert par les Aciéries de Pompey. Un écusson aux armes de Nancy le couronne.

    L’Exposition Internationale de l’Est de la France fut à la fois un acte politique, une démonstration de force économique et une vitrine culturelle, didactique et pédagogique.

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Exposition Internationale de l'Est de la France - vue générale sur les palais, Nancy, Lorraine, France

    Un petit tour de dirigeable ?

     Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Six Palais se sont partagés les centaines de travées où des milliers d’exposants sont venus présenter leur savoir-faire :

    • le Palais de la Métallurgie (mines de fer, métallurgie, mines de sel, salines, houillères,…)

     Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Le Palais de la Métallurgie offrait une grande originalité. L'architecte chargé de le construire avait laissé à M. Eugène Vallin, sculpteur et décorateur, le soin d'interpréter sa conception et de la réaliser suivant les formes de l'École de Nancy. La pièce principale de la façade était une immense poutre, longue de 90 mètres et revêtue d'un treillis simulant une charpente en fer. Cette poutre couronnait un soubassement haut dans lequel étaient aménagées trois entrées. D'une ouverture à l'autre, entre les lignes d'architecture, se déroulaient des panneaux décoratifs d'Auguste Vallin, représentant les phases principales de la fabrication du fer. La façade s'appuyait, à droite et à gauche, sur des pylônes dont la forme rappelait celle des hauts fourneaux. On l'avait vitrée presque en entier, afin que la lumière entrât à flots dans cette construction qui avait la simplicité et l'aspect imposant d'une usine gigantesque. Quatre torches de dimensions colossales l'ornaient, deux dépassant la corniche extérieure; le soir ces torches s'allumaient de feux rouges et ajoutaient à l'illusion.

    • le Palais de l’Electricité, à la gloire de cette fée électrique qui bouleversait le quotidien

                

    • le Palais des textiles (industrie du coton, de la laine, broderie, vêtements, chapellerie, industrie de la chaussure,…)

    Le Palais des Textiles se composait d'une grande nef de 27 mètre de portée toute en fer et vitrée dans la partie supérieure, longue de 84 mètres. Elle se terminait par un pavillon à deux faces, l'une regardant la salle des fêtes, l'autre l'esplanade. Les deux tympans d'entrée, au-dessus des portes, étaient décorés par deux panneaux de Gruber, symbolisant l'industrie textile.

    • le Palais des Arts Libéraux (chimie, pharmacie, médecine, imprimerie, photographie, instruments de musique, verrerie, universités et écoles,…)
    • le Palais de l’Alimentation (minoterie, brasserie, eaux minérales, biscuiterie, conserves alimentaires, épicerie,…)

    Le Palais de l'Alimentation comprenait une longue nef établie perpendiculairement à l'esplanade; sur la façade, largement développée en forme d'éventail, saillaient des motifs et des attributs symboliques rappelant l'infinie variété des produits du sol et de l'élevage. Deux groupes de sculpture placés aux points d'amortissement de la grande courbe de la corniche représentaient la chasse et la pêche.

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    • le Palais des Transports (navigation fluviale, transports par voie ferrée, transports par route,…)

    Le Palais des Transports, situé un peu à l’écart de l’esplanade, abrite une exposition de véhicules en tous genres : wagons, locomotives, tramways, automobiles... avec une participation de La Compagnie des chemins de fer de l’Est.

    La ferme lorraine, le pavillon colonial ou le village alsacien eurent aussi pour mission de montrer, de démontrer et de convaincre.

     

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

     

    Le palais des fêtes et son dôme culminant à 35 m abriteront une quarantaine de congrès. La presse internationale se déplaça à Nancy. Plus de 300 journalistes de toute la planète vinrent en effet couvrir l’événement.

    Mais une fois le rideau retombé, il a fallu tout faire faire disparaître. De cette exposition universelle, la dernière grande exposition régionale qui se tiendra en France, il ne subsiste plus rien aujourd’hui si ce n’est la maison à colombage alsacienne qui se trouve toujours au parc Sainte-Marie.

     

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

    Nancy : l’expo aux 2,5 M de visiteurs ... C' était en 1909 !

     


    votre commentaire
  •  

    « Si chaque homme, chaque jour, jetait une fleur sur le chemin de son prochain, les routes de la terre seraient tellement plus agréables ! »

    Proverbe chinois.


    1 commentaire
  • A plus tard !


    3 commentaires

  • 7 commentaires