• Des spectateurs payés pour assister aux matches

    Conscients qu'il leur serait difficile, voir même impossible de remplir la flambant neuve salle construite aux confins du désert à Doha, les organisateurs ont eu une idée lumineuse: inviter les supporters tous frais payés des quatre coins du monde. Une initiative a priori louable, sauf que sur place, l'émirat a poussé le vice en recrutant des supporters non locaux pour supporter… l'équipe du pays hôte. C'est ainsi que durant la demi-finale face à la Pologne, des «Vamos Qatar!» s'élevaient des tribunes...

    Mais des salles vides malgré tout

    Inviter des supporters étrangers et distribuer des billets aux expatriés n'a pas suffi pour remplir l'enceinte de Doha et ses 15.000 places. Certaines rencontres du tour préliminaire se sont donc déroulées dans une salle quasiment vide. Quelques instants après le match d'ouverture entre le Qatar et le Brésil devant des tribunes quasiment pleines, les Russes et les Saoudiens se sont affrontés devant… une centaine de supporters seulement. L'enceinte s'était complètement vidée après la prestation des Qatariens.

    Les fans munis de billets privés de matches

    Les organisateurs qataris ont décidé d'annuler les billets pour la demi-finale Qatar-Pologne vendredi vendus en amont aux fans étrangers. Des fans allemands et danois, qui avaient fait le mauvais choix en anticipant la présence de leur sélection nationale à ce stade de la compétition, n'ont ainsi pas eu accès à l'Arena de Lusail, faute de billets valables. Le but de la manœuvre? Garantir la présence d'un maximum de fans locaux pour une demi-finale historique pour la sélection hétéroclite du petit émirat.

    Un arbitrage maison flagrant

    L'arbitrage maison dans toutes les compétitions internationales n'est pas né d'hier. La «tradition» veut même que le pays organisateur bénéficie d'un certain traitement de faveur de la part du corps arbitral. Ce fut le cas notamment lors du Mondial 2007 en Allemagne, remporté par la Mannschaft après quelques polémiques à ce sujet. Celles-ci on ressurgi à l'issue de la demi-finale entre le Qatar et la Pologne (31-29). A tel point que les joueurs polonais ont applaudi ironiquement les arbitres à la fin de la rencontre, estimant que les cartons jaunes et les expulsions temporaires n'étaient pas justifiés en fin de rencontre.


    4 commentaires
  • Il est bon de rappeler que nous sommes au pays d'Henri IV, déjà friand de la fameuse poule au pot.
     
    Alors, en 2015, que préfèrent les Français ?

    En 2015, quel est le plat préféré des Français ?

    Le poulet rôti (20,3 % des suffrages) arrive en tête des plats préférés, talonné par le magret de canard (20,2 %). Les fruits de mer ont aussi la cote : 19,9 %, mais 23,9 % chez les habitants du Nord-Ouest... où le beurre salé (61 %) trône aussi sur les tables (41 % sur l'ensemble de l'Hexagone). Ce premier sondage sur la vie quotidienne des Français a été concocté par BVA-Doméo-Presse régionale. Il nous enseigne également que les femmes se mettent plus souvent aux fourneaux que les hommes.

    © Le Télégramme -
    Plus d’information sur :


    votre commentaire
  • ... en raison de la progression de l'épidémie

    Face à la forte progression de l’épidémie, le ministère de la Santé et l'Assurance Maladie ont annoncé ce samedi que la campagne de vaccination serait prolongée:  «La grippe étant actuellement en phase ascendante en France, il est encore temps de se vacciner», indiquent-ils dans un communiqué, précisant que les bons de prise en charge du vaccin antigrippal seront valides jusqu'au 28 février.

    Doublement des cas vus en consultation

    L'Institut de veille sanitaire (InVS) a annoncé mercredi que l'épidémie de grippe était désormais «confirmée», le seuil épidémique ayant été franchi la semaine dernière pour la seconde semaine consécutive.

    L'institut se fonde sur les données fournies par le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm qui souligne que le nombre de nouveaux cas vus en consultation a doublé en l'espace d'une semaine et devrait continuer à augmenter.

    Selon Sentinelles, le nombre des cas a été estimé à 470 pour 100.000 habitants la semaine dernière, très au dessus du seuil épidémique (177 cas pour 100.000 habitants).

    Deux choses m' interpellent ...

    - Le délai d'efficacité du vaccin

    En effet, ne quinzaine de jours est nécessaire afin que la protection du vaccin soit efficace. Il est indispensable de se faire vacciner avant l'apparition des premiers cas.

    - «Bien que le vaccin soit probablement moins efficace cette année * contre cette souche, le bénéfice global de la vaccination n'est pas remis en question» indique le ministère de la Santé. ?????

    * Selon les autorités sanitaires américaines, le vaccin contre la grippe offre, cette année, une protection de seulement 23% chez les personnes de tout âge.

    La baisse d'efficacité du vaccin s'explique probablement par une mutation d'une partie de la souche dominante cette saison (H3N2), qui est aussi plus virulente. Cette mutation est survenue après que le vaccin a été produit. Et il s'avère effectivement que les deux tiers des virus H3N2 analysés cette saison sont différents des souches utilisées dans le vaccin.

    La protection réduite du vaccin nécessite, cette année, de recourir préventivement à des antiviraux (Tamiflu, etc.) pour minimiser les symptômes.

    Pas encourageant ... D' ailleurs, en novembre dernier, quand je suis allée à l' hôpital, j' ai dit que je ne m' étais pas fait vacciner et ils n' ont rien fait alors que je suis dans la catégorie des gens à risques !!!


    votre commentaire
  • Équipe du Qatar de handball masculin

    L'équipe du Qatar de handball représente la fédération qatarienne de handball lors des compétitions internationales, notamment aux tournois olympiques de handball et aux championnats du monde.

    Le Qatar, qui n'a que 600 licenciés, fait largement appel à des joueurs étrangers. Ceux-ci, attirés par d'importants salaires, peuvent intégrer l'équipe qatarienne en conservant leur nationalité d'origine dès lors qu'ils peuvent justifier de trois ans de présence dans le pays.

    Lors du mondial 2015, seuls quatre joueurs sont natifs du Qatar sur un effectif de 17.

    Sur les seize joueurs qui composent l'équipe du Qatar, qualifiée pour la finale du Championnat du monde de hand, seulement cinq sont qataris (Kamalaldin Mallash, Abdulla Al-Karbi, Hamad Madadi, Hadi Hamdoon et Ameen Zakkar).

    Les onze autres viennent des quatre coins du monde (Bosnie, Monténégro, Egypte, Tunisie, Espagne, Cuba, Iran, Syrie et France avec Bertrand Roiné).

    Ces joueurs ont profité de la souplesse du règlement de la Fédération internationale (après trois ans sans porter le maillot d'une équipe nationale, un joueur peut changer de sélection) pour intégrer l'équipe de Valero Rivera, coach de l'équipe d'Espagne championne du monde 2013.

    Attirés par la perspective de construire une équipe compétitive à partir de pas grand-chose, et par l'appât du gain (on parle de 100.000 euros par victoire, 1,5 million de dollars en cas de titre), les candidats ont afflué. Au risque de fâcher certains clubs européens et de s'attirer les critiques des autres nations.

    Ce n'est pourtant pas la première fois que le Qatar applique cette politique. Avant la Coupe du monde de foot 2006, il avait recruté le Brésilien Ailton contre un million de dollars, poussant ainsi la FIFA à durcir ses règles concernant la naturalisation. En athlétisme, le cas de Stephen Cherono a fait grand bruit. Le Kényan, naturalisé qatari en 2003 en échange d'une rente à vie - et devenu depuis Saif Saaeed Shaheen - est devenu champion du monde du 3000m steeple cette même année, devant deux anciens compatriotes.

    La diplomatie du Qatar, très active dans le monde du sport, a trois objectifs principaux :

    - faire la promotion de son modèle politique et social, qui combinerait tradition et modernité ;

    - être reconnu dans le monde entier et s'affirmer vis-à-vis de ses rivaux du Golfe ;

    - jouer dans la cour des grands Etats et être reconnu comme un partenaire fiable.

    Mais, toutes leurs tentatives de devenir l'égal des principaux pays européens, américains ou asiatiques ne sont pas couronnées de succès. Ainsi, en 2011, Mohamed bin Hammam n'a pas réussi à se faire élire président de la FIFA. L'ex-président de la confédération asiatique a même été banni à vie de toute activité liée au football par la Fédération internationale à la suite d'une affaire d'achat de voix dans l'élection. Si le TAS a annulé sa suspension, en décembre 2012, il est définitivement banni au nom de malversations au sein de la confédération asiatique.


    Le Qatar a aussi enregistré ses premiers échecs dans l'attribution de l'organisation de compétitions. Les Championnats du monde d'athlétisme 2017 ont été attribués à Londres en dépit d'un budget mirobolant, et sa candidature pour les Jeux olympiques 2020 n'a même pas passé la présélection du CIO. Par ailleurs, la volonté du cheikh Al-Thani de faire du Malaga FC un grand d'Europe s'est heurté à divers obstacles et il a quitté le club espagnol en juin 2014. Se pose, enfin, la question de l'avenir des stades construits pour le Mondial 2022, et des différentes infrastructures pour lesquelles seront dépensés 130 milliards d'euros au total.

    votre commentaire
  • " Il n' y a que l' amour qui compte vraiment, peu importe comment il se manifeste. "

    François Weyergans


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires