• 30ème foire artisanale de La Orotava

    La 30ème foire artisanale de La Orotava aura lieu dans le lieu emblématique du Parque Etnográfico Pinolere , et fêtera ses 30 ans d' existence ... 

    30ème foire artisanale de La Orotava

    Cette foire traditionnelle mettra en vedette 200 artisans venus de toutes les îles !

    Au programme : expositions, ateliers, musique, entre autres choses.

    Pour en savoir plus :

    http://www.laorotava.es/ciudadano/ciudadanos/actividades-y-talleres/29-carteleria/6467-xxx-feria-de-artesania-pinolere-2015


    votre commentaire
  •  

    Dans la matinée, 1 580 tracteurs et 91 bus – venus pour la plupart de Bretagne et de Normandie – sont entrés dans la capitale, selon la préfecture de police, pour exprimer la colère d’un monde paysan qui se dit étranglé par la chute des prix et l’empilement des normes.

    A l’appel des syndicats agricoles, six différents cortèges ont ensuite convergé vers la place de la Nation, par les autoroutes 1, 4, 6, 10 et l’A13. Les perturbations étaient toutefois limitées sur les routes, « de nombreux automobilistes ayant pris leurs dispositions », d’après le Centre national d’information routière (CNIR), qui soulignait qu’il y avait « beaucoup moins de voitures sur les routes » que d’ordinaire.

    Après les annonces du premier ministre, Manuel Valls, qui a promis de nouvelles aides en faveur des agriculteurs, le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a été hué par une partie des manifestants.

    A l’issue de la réunion avec Manuel Valls, Xavier Beulin avait pourtant affiché sa satisfaction en déclarant que « le gouvernement a entendu » cette demande de considération. A ces mots, une partie de la foule a réagi en criant « Vendus ! », « Démission ! » ou « On va mettre le feu » à l’encontre du patron du premier syndicat agricole.

    « On n’a rien obtenu, pas de prix, aucune garantie », s’est énervé auprès de l’AFP Christophe Le Tyrant, éleveur de porcs dans les Côtes-d’Armor. « On a une année blanche mais ça ne résout rien, à la fin de l’année on devra bien les payer, les traites ». Très remontés, des agriculteurs du Finistère ont demandé à la tribune de pouvoir se rendre sur les Champs-Elysées. Après hésitation, les leaders bretons appellent finalement à repartir dès ce soir.

    ??????

    Le point sur les annonces du gouvernement

    Ce jeudi après-midi, Manuel Valls s'est engagé sur un renforcement du plan de soutien aux agriculteurs en difficulté. L'Express vous fait le résumé. 

    - Une enveloppe de trois milliards d'euros sur trois ans, comprenant les aides versées par l'État, les régions et l'Europe. 

    - Une année blanche sur le remboursement des dettes bancaires. Il s'agit de donner un bol d'air frais aux agriculteurs asphyxsiés par leurs emprunts. Ils seront exonérés du remboursement de leurs annuités pour l'année 2015. 

    - La France n'ira pas "au-delà" des normes européennes, a poursuivi le Premier ministre, alors que les agriculteurs se plaignent depuis des mois d'une trop lourde législation pesant sur leurs épaules. 

    - Un triplement des prises en charge des cotisations sociales payées par les agriculteurs en 2015, à hauteur de 50 millions d'euros. 


    votre commentaire
  • La photo du petit Aylan Kurdi, l'enfant syrien échoué sur une plage turque, horrifie l'Europe et sensibilise l'opinion sur la réalité de la crise migratoire.

    D'abord diffusée sur les réseaux sociaux, la photo du cadavre de l'enfant en short face contre terre, s'affiche à la une de très nombreux quotidiens européens. Elle était en revanche quasiment absente de la presse française jeudi matin.

    En parallèle, les dessinateurs se sont aussi emparés de cette image terrible pour insister sur le symbole qu'elle représente. Ces dessins sont à leur tour très partagés sur Facebook et Twitter.

    Ci-dessous, quelques dessins inspirés par cette tragique image:

    Aylan Kurdi ne saura jamais qu' il deviendrait célèbre ...

    Aylan Kurdi ne saura jamais qu' il deviendrait célèbre ...

    Aylan Kurdi ne saura jamais qu' il deviendrait célèbre ...

    D' autres dessins sur :

    http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/03/aylan-kurdi-dessinateurs-syrien_n_8082480.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

     


    votre commentaire
  • En France, aucun journal daté de ce jeudi n’a, pourtant, pris ce parti !

    Seul Le Monde  la publiera à sa Une ce jeudi après-midi. Sur son site, le quotidien parle d’« une photo pour ouvrir les yeux ».

    « Une photo pour ouvrir les yeux »

    EditoriaI du « Monde ».

    " Il s’appelle Aylan Kurdi, il est âgé de 3 ou 4 ans. Un petit corps sans vie échoué sur une plage turque. C’est un enfant syrien qui fuyait la guerre, avec sa famille. Ils voulaient gagner l’Europe, en l’espèce la Grèce, par la Turquie. Leur embarcation comptait au moins onze personnes à bord. Elle a sombré quelque part au large de l’île de Kos. La mer a rejeté certains des corps sur une plage turque. Et, un peu à part, tout seul, celui de ce petit bonhomme en tee-shirt rouge et pantalon bleu, qui restera comme l’emblème de cet afflux migratoire sans précédent que nous ne voulons pas voir. Ou pas assez. "

    Sur Internet, la plupart des sites d’informations français se sont d’ailleurs emparés dans la matinée du cliché de la honte, RTL évoquant une « Europe sous le choc », BFM parlant de « photo symbole ».

    Quelques heures après sa publication, la stupeur s’est déplacée du champ médiatique au champ politique. Manuel Valls lui-même est sorti de sa réserve, en tweetant la photo d’Aylan pour montrer « l’urgence d’agir », « l’urgence d’une mobilisation européenne ». Il a été suivi de nombreuses personnalités politiques, employant toutes le même mot à droite comme à gauche : « Insoutenable ».

    Sur Twitter

    « Une photo pour ouvrir les yeux »

    « Une photo pour ouvrir les yeux »

    Manuel Valls @manuelvalls

    Il avait un nom : Aylan Kurdi

    Urgence d'agir Urgence d'une mobilisation européenne

    En fin de matinée, la présidence de la République annonçait une réunion à 16h de l’ensemble des ministres concernés par la question des migrants. Même si l’Élysée a assuré que cette réunion avait été convoquée depuis plusieurs jours, l’espoir d’une réelle prise de conscience est désormais prégnant. Hasard du calendrier, l’Allemagne et la France sont tombées d’accord dans l’après-midi sur le principe de «quotas contraignants» pour l’accueil des migrants par les pays de l’Union Européenne.

    Face à une Europe sous tension et sous le choc du drame migratoire, les dirigeants européens sont poussés à réagir. Accord franco-allemand sur des quotas contraignants.

    En savoir plus sur :
     

    4 commentaires
  • Le monde s' émeut de cette photographie du petit Aylan Kurdi gisant mort, sur une plage de la station balnéaire de Bodrum ....

    Pendant ce temps, en Hongrie ...

    mais pendant ce temps, se joue un autre drame !

    Les autorités magyares empêchaient des migrants d’accéder à des wagons en l’absence du visa nécessaire pour voyager dans l’espace Schengen.

    Ces migrants, pour la plupart des réfugiés syriens, font partie des quelque 2 000 personnes qui attendaient dans les gares de Budapest, transformées en camps de réfugiés improvisés ces derniers jours.

    Des centaines de migrants ont pu embarquer, lundi 31 août, en Hongrie dans des trains à destination de l’Autriche et de l’Allemagne.
     
    Quelques 200 migrants ont embarqué à bord d’un train. Leur espoir : atteindre la frontière autrichienne. Depuis deux jours, la gare de Keleti avait gardé portes closes, les autorités hongroises invoquant des problèmes de sécurité. Mais au final, les migrants n’atteindront leur destination. Leur train a été immobilisé à une quarantaine de kilomètres de la capitale à Bicske. Ils ont ensuite dû montés à bord d’autobus, direction : un camp de réfugiés.

    Alors que la police interdisait depuis deux jours l’accès à la gare centrale de Budapest aux migrants, l’entrée principale du bâtiment a été rouverte jeudi 3 septembre peu après 8 heures, provoquant une certaine confusion. Un premier train avec environ 200 migrants à son bord a quitté la gare à destination de Szombathely et Sopron, deux villes proches de la frontière avec l’Autriche.

    La Hongrie est devenue un point de passage pour les migrants, dont 50 000 ont afflué dans le pays pour le seul mois d’août. « Personne ne veut rester en Hongrie, en Slovaquie, en Estonie, en Pologne. Tous veulent aller en Allemagne. Notre job est juste de les enregistrer et nous les enregistrerons », a déclaré jeudi 3 septembre le premier ministre hongrois, Viktor Orban. Il a ajouté que l’accueil des migrants n’était pas un problème « européen mais allemand ».

    Pendant ce temps, en Hongrie ... un autre drame se joue !

    Mais au final, les migrants n’atteindront leur destination. Leur train a été immobilisé à une quarantaine de kilomètres de la capitale à Bicske. Ils ont ensuite dû montés à bord d’autobus, direction : un camp de réfugiés.

    Pendant ce temps, en Hongrie ... un autre drame se joue !

    La police anti-émeute a ordonné aux réfugiés de quitter le train, mais beaucoup d'entre eux ont résisté, certains s'allongeant sur la voie ou prenant la fuite. Ceux qui refusaient de descendre tambourinaient sur les vitres des wagons, criant "SOS" et "No camp ! No camp !" (pas de camp).

    D'autres ont affronté les forces de l'ordre pour tenter de regagner le train. Lors de ces échauffourées, il a fallu une dizaine de policiers pour relever un homme, son épouse et leur nourrisson blotti dans les bras de sa mère, allongés sur les voies après avoir échappé à la police.


    votre commentaire