• L' image est devenue le symbole du drame des migrants

    Ce jeudi 3 septembre, la même photo choc fait la une de la presse européenne et des réseaux sociaux : celle du corps sans vie d’un petit garçon de trois ans échoué sur une plage, après le naufrage de deux embarcations transportant des migrants syriens. L’enfant vêtu d’un tee-shirt rouge et d’un short bleu gît le visage contre le sable de Bodrum, une des plages les plus fréquentées de Turquie.

    Après le poids des mots, le choc des images ?

    Selon les médias turcs, l’enfant photographié s'appelait Aylan Kurdi et il était originaire de Kobané, ville syrienne adossée à la frontière turque. Son frère aîné, Galip, cinq ans, a également trouvé la mort dans le naufrage. L’image a rapidement envahi les réseaux sociaux sous le hashtag #KiyiyaVuranInsanlik ("l'humanité échouée" en turc).

    Au Royaume-Uni, The Independant, The Guardian, The Times, The Daily Mail et même le tabloïd The Sun — qui avaient jusqu'ici adopté une ligne très dure envers les réfugiés sur la crise migratoire — ont tous choisi de publier l'image particulièrement choquante de ce bambin au visage tourné vers le sable, mort noyé après avoir tenté de rejoindre l'Europe.

    Après le poids des mots, le choc des images ?

    "Si ces images extraordinairement puissantes d'un enfant syrien mort échoué sur une plage ne changent pas l'attitude de l'Europe face aux réfugiés, qu'est-ce qui le fera ?"

    Ailleurs en Europe, de nombreux médias ont profité du cliché qui a fait le tour du monde pour affirmer à l'unanimité qu'il est important pour la presse de montrer de telles réalités, aussi dures soient-elles. "Doit-on montrer le drame humanitaire pour qu'il soit prouvé ? Le Soir le croit", réagit ainsi le quotidien belge. En Italie, La Repubblica a tweeté "La photo qui fait taire le monde", et en Espagne, le journal El Pais en faisait le "symbole du drame migratoire", tandis qu’El Periodico titrait sur le "Naufrage de l’Europe".

    Sur son site internet, le New York Times a également fait état de l’émotion qui s’est emparée des réseaux sociaux à la publication de ces images, relayant les interrogations sur la nécessité de diffuser ces photos et sur leur capacité à agir comme « un catalyseur pour que la communauté internationale mette fin à la guerre en Syrie ».

    « Certains disent que l’image est trop offensante pour être partagée en ligne ou imprimée dans nos journaux », a aussi réagi dans une tribune Peter Bouckaert, directeur pour les situations d’urgence de Human Rights Watch. « Mais ce que je trouve offensant, c’est que des corps d’enfants noyés viennent s’échouer sur nos rivages, alors que l’on aurait pu en faire plus pour leur sauver la vie », écrit-il, dénonçant également sur Twitter « l’inaction » de l’Union européenne dont « la prochaine réunion de crise se tient… dans douze jours [le 14 septembre]. » Dans la journée de mercredi, le mot-clé, #KiyiyaVuranInsanlik, (« l’humanité échouée »en turc), est devenu l’un des plus partagés sur Twitter.

    LeMonde.fr avait choisi de diffuser la vidéo montrant ces images dès mercredi après-midi.

    1 776 C'est le nombre de migrants portés disparus en mer Méditerranée depuis le 1er janvier 2015, sur les 36 390 arrivés par bateau dans le sud de l'Europe, selon les estimations du HCR.

    C'est donc aussi le nombre de morts qui pourrait avoir été atteint en l'espace de seulement quatre mois. Depuis le 1er janvier 2015, 400 morts par mois et, en moyenne, un mort toutes les deux heures si ce bilan se confirme.

    36 390 C'est le nombre de migrants arrivés sur les côtes européennes depuis le 1er janvier 2015. En 2014, année record, 219 000 personnes ont traversé la Méditerranée. Dix fois plus qu'en 2012.

    8 865 C'est le nombre de migrants syriens  arrivés sur les côtes d'Italie depuis janvier. Ce qui en fait la première nationalité. Suivent l'Erythrée, la Somalie et l'Afghanistan (3 363 et 2 908).

    Source :
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/20/en-2015-un-migrant-meurt-toutes-les-deux-heures-en-moyenne-en-mediterranee_4619379_4355770.html

    2 commentaires
  •                               

                                               Musique envoûtante et série addictive sur le Cartel de Medellin


    votre commentaire
  •     Quand une pub Budweiser met en scène l'émouvante amitié entre un chiot et un cheval ....                                                    

     


    votre commentaire
  • Certains, du côté des Républicains, réclament encore l'inventaire du quinquennat de Nicolas Sarkozy. François Hollande, lui, semble avoir pris les devants. Et le président se charge lui-même de cette tâche ingrate, comme on le découvre dans le livre de la journaliste du Monde Françoise Fressoz Le stage est fini (Albin-Michel) où le président s'y livre à un étonnant exercice de confidences.

    Si c'était à refaire, "je ne serais pas allé aussi loin, j'aurais gardé l'augmentation de la TVA décidée par Nicolas Sarkozy pour boucler le budget qu'il nous avait laissé". C'est l'une des confessions de François Hollande dans un livre intitulé Le stage est fini, à paraître mercredi 2 septembre aux éditions Albin Michel.

    Le chef de l'État, qui s'est confié à la journaliste François Fressoz (Le Monde), auteure de l'ouvrage dont les bonnes feuilles sont publiées par l'AFP et L' Express, admet ainsi qu'il n'aurait pas dû revenir, dans les premiers mois de son quinquennat, sur la hausse de 1,6 point de TVA voulue par l'ancien président. La mesure, annoncée en janvier 2012, devait donc faire passer la taxe sur la valeur ajoutée à 21,2%. 

    J'ai engagé des réformes qui ne sont pas toutes de gauche mais servent l'intérêt général

    François Hollande  

    "On paie souvent la première loi de finances rectificative", relève François Hollande. "Pour Sarkozy, c'était loi travail, emploi, pouvoir d'achat (loi TEPA et son "bouclier fiscal", ndlr) interprétée comme un cadeau fiscal" et qu'il a "payée tout son quinquennat", analyse-t-il encore avant d'admettre : "Nous, on a payé les 11 milliards d'impôts nouveaux levés à notre arrivée".

    François Hollande admet également ne pas avoir soigné sa gauche, qu'il ne manque pas de critiquer d'ailleurs : "J'ai engagé des réformes qui ne sont pas toutes de gauche mais servent l'intérêt général. (...) J'ai fait le pari que la gauche était devenue mature, que, minoritaire dans le pays, elle serait capable de comprendre qu'elle devrait faire bloc pour gouverner; mon constat, c'est qu'une partie de la gauche ne l'admet pas".

    J'ai accepté le traité européen pour situer la France au cœur de l'Europe et non en marge

    François Hollande  

    Le président de la République défend tout de même certains points de son action, notamment son "choix le plus lourd", à savoir "l'acceptation du traité européen" qu'il assurait vouloir renégocier pendant la campagne de 2012. "J'ai accepté le traité pour situer la France au cœur de l'Europe et non en marge".

    «Qu'est-ce que ça aurait changé? Je n'aurais obtenu aucun gain sur le plan budgétaire, j'aurais créé une déstabilisation dans la zone euro, j'aurais suscité une marginalisation de la France», se défend-t-il encore.

    François Hollande met aussi à son crédit l'absence de mouvement social majeur, tout en constatant que "le mécontentement est passé par les urnes" lors des municipales, des européennes et des départementales. Il se réjouit par ailleurs d'avoir fait "beaucoup plus de réformes de structures" que ses prédécesseurs. D'ailleurs, à propos de Nicolas Sarkozy, il lance cette pique : "il mobilise très bien son camp mais il est le candidat le moins rassembleur du pays".


    1 commentaire
  • Dans un précédent article, je vous ai parlé de la Playa Bollullo :

    http://oasisdepaix.eklablog.com/puerto-de-la-cruz-a-la-decouverte-de-la-plage-de-bollullo-a118570834

    Nous y sommes retournés avec nos maillots de bain !

    A 10 H 20, pratiquement personne sur cette plage de sable noir qu' est la Playa Bollullo !

    Mais, pour y accéder, ce n' est pas si simple !

    ( c' est moi, dans le fond ! yes )

    Faits intéressants

     Localisation: El Rincon, La Orotava.

    ( dépliant proposé )

    • Longueur: 200 mètres.
    • Largeur: 40 mètres.
    • Composition: Black Arena
    • Les voies d'accès: Marche (Easy) ou en voiture.
    • Accessible aux fauteuils roulants: Non
    • Type de plage: isolée.
    • Services: poubelles, service de nettoyage, bar et restaurant et la location de hamacs et de parasols. Nous cherchons encore le bar car s' il y a poste de secours, quelques tables et chaises, cela ne correspond pas du tout à ce qui est annoncé ! Un couple d' allemands a insisté mais a fini par s' en aller, vu l' amabilité du mec !
    • Parking: Oui mais payant.
    • Bus: Oui.
    • Coordonnées: 28 ° 25 '4.57' 'N 16 ° 31' 9.89 '' W.
    • Coordonnées UTM: X: Y 351,178.12: 3,144,439.83 H: 28.

     Après un bon bain dans la mer, un repos bien mérité sur la plage ... avec de la sablo-thérapie en prime ! Il était temps de rentrer d' autant que les gens commençaient à arriver, nb ...

    Un petit au-revoir et retour à la civilisation ! Ou plus exactement, à la maison ...


    3 commentaires