• 57e Course Gordon-Bennett

    Il ne restait plus après 24 h de course qu’un tiers des aérostiers dans le ciel ...

    Vus du ciel, s’ils en portaient encore, ils ne verraient des Bretons que leurs chapeaux ronds. Les 18 équipages de ballons au gaz de la 57e Course Gordon-Bennett avaient fondu des deux tiers, hier matin, lundi, 24 heures et quelque après leur décollage de l’aéroport de Nancy-Essey-Tomblaine à 5 h 45, dimanche. Et des trois-quarts le soir.

    Un écrémage naturel dans une telle épreuve. « Ils se sont trouvés tout de suite dans un marais barométrique, piégés entre deux dépressions », explique Philippe Buron-Pilâtre, consultant presse de l’organisation. « L’un a réussi à s’échapper ». En montant très haut, jusqu’à prendre un courant d’Est le ramenant à la datcha. Il s’agit, on l’aura compris, du Russe Galkin Nikolay. Malheureusement, pour monter haut, il faut lâcher beaucoup de lest. Et arrivé dans la région de Munich, il n’y en avait plus assez pour continuer. Il a fallu se poser.

    Les autres ont choisi d’attendre le bon créneau vers l’Ouest. Certains sont passés au nord de Paris, d’autres au sud. Dessus, c’est délicat, tant la circulation aérienne y est compliquée, abondante et réglementée. La journée d’hier a donc permis cette progression vers la Bretagne, mais les abandons se sont multipliés.

    Quel podium ?

    A 17 h, hier soir, les deux premiers ballons étaient à 150 km des côtes à l’ouest, sur l’Océan, ayant commencé le survol de la Grande Bleue après être passés au-dessus de Vannes. Il s’agit de France I et Allemagne 2. Fra1, c’est Vincent Leys, l’as des as de Thionville, un proche de Philippe Buron-Pilâtre, sept fois vainqueur de la Gordon-Bennett. Son collègue et néanmoins rival allemand est Matthias Zenge. Non loin, mais encore sur la côte, vers Nantes, Suisse 1 et Allemagne 1, l’équipage de Kurt Frieden et celui de Heinz-Otto Lausch.

    Vers 22 h 30, la situation avait encore évolué. Entre-temps, Heinz-Otto Lausch avait dû se résoudre à se poser au sud de Nantes. Un trio restait donc en course. Matthias Zenge pointait aux commandes avec 950 km parcourus. L’Allemand s’enfonçait dans la nuit à une altitude de 1.400 m. Mais, optant pour des stratégies différentes, Vincent Leys (820 km, 570 m d’altitude) et Kurt Frieden (723 km, 2.000 m) étaient loin d’avoir abdiqués. Les trois ballons se trouvaient toujours au-dessus de l’Atlantique au large des côtes et espéraient rallier l’Espagne au petit matin.

    Benoît Pelard, le Nancéien, avec son ami Laurent Lajoye, constructeurs de leur propre ballon, étaient eux sur la terre ferme. « Nous avons décollé à 6 h 20, dimanche. Nous savions que nous risquions des ondées. Tout de suite, nous avons eu de la pluie au-dessus de Château-Salins. Nous sommes montés. A 2.100 mètres, la pluie s’est transformée en neige. Il faisait 3 °. Toute l’électronique a pris l’eau, dont le transformateur et la boîte des réserves de batteries et de piles. Les batteries en service n’ont qu’une autonomie de 16 à 20 h. Cela voulait dire que nous tomberions en panne d’appareils, transpondeur, traqueur, GPS, radio, ordi, au milieu de la nuit. A un moment où nous pouvions être aux abords de Paris où il est impossible de circuler sans le transpondeur pour la sécurité aérienne. Nous avons préféré nous poser à 20 h, au coucher du soleil. Au Chesne, un bourg au sud de Sedan et Charleville. »

    Benoit Pelard est revenu à Nancy. Toujours aussi occupé. En plus d’être concurrent, il est l’organisateur de la course…

    Guillaume MAZEAUD

    source : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/08/27/les-ballons-au-dessus-des-bretons

    « 27 août 2013 ... un vrai temps d' automne à Nancy !La bombe à retardement laissée par la précédente majorité ... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mardi 27 Août 2013 à 09:13

    Bonjour Annick merci pour ma fête , c'est une grande aventure les montgolfières surtout que le temps n'était pas très beau pour eux.

    bonne journée bisous monique

    2
    Mardi 27 Août 2013 à 09:23

    Bonjour Annick; le temps n'était pas favorable à cette course de montgolfières..Le soleil commence de poindre à l'horizon au milieu des nuages... Bon mardi, gros bisous

    3
    Mardi 27 Août 2013 à 09:27

    Bonjour Annick .

    Bisou .

    4
    chapichou
    Mardi 27 Août 2013 à 09:50

    un petit coucou ma chère Annick !

    il y eut du remous pour ces aérostiers mais le principal est qu'ils soient arrivés à bon port !

    merci beaucoup d'être venue sur ma page ! oui je croise les doigts ! je positive ..contre vents et marées !

    je te fais de gros bisous en espérant que tout va pour le mieux chez toi ? à bientôt ! Paula

    5
    Mardi 27 Août 2013 à 11:22

    Bonne journée Annick , merci pour tes articles sympas ! . Çà y 

    est le marché s'est bien vidé et j'en suis contente donc adieu aux 

    interminables attentes et puis moins de monde dans la ville , ouffff !! .

    Bisous , Christiane , 

    6
    Mardi 27 Août 2013 à 12:54
    Chris (cryfil)

    Bonjour Annick,

    Dommage que le temps ne se prêtait pas à cette belle manifestation.

    Bon mardi

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :