• Après le poids des mots, le choc des images ?

    L' image est devenue le symbole du drame des migrants

    Ce jeudi 3 septembre, la même photo choc fait la une de la presse européenne et des réseaux sociaux : celle du corps sans vie d’un petit garçon de trois ans échoué sur une plage, après le naufrage de deux embarcations transportant des migrants syriens. L’enfant vêtu d’un tee-shirt rouge et d’un short bleu gît le visage contre le sable de Bodrum, une des plages les plus fréquentées de Turquie.

    Après le poids des mots, le choc des images ?

    Selon les médias turcs, l’enfant photographié s'appelait Aylan Kurdi et il était originaire de Kobané, ville syrienne adossée à la frontière turque. Son frère aîné, Galip, cinq ans, a également trouvé la mort dans le naufrage. L’image a rapidement envahi les réseaux sociaux sous le hashtag #KiyiyaVuranInsanlik ("l'humanité échouée" en turc).

    Au Royaume-Uni, The Independant, The Guardian, The Times, The Daily Mail et même le tabloïd The Sun — qui avaient jusqu'ici adopté une ligne très dure envers les réfugiés sur la crise migratoire — ont tous choisi de publier l'image particulièrement choquante de ce bambin au visage tourné vers le sable, mort noyé après avoir tenté de rejoindre l'Europe.

    Après le poids des mots, le choc des images ?

    "Si ces images extraordinairement puissantes d'un enfant syrien mort échoué sur une plage ne changent pas l'attitude de l'Europe face aux réfugiés, qu'est-ce qui le fera ?"

    Ailleurs en Europe, de nombreux médias ont profité du cliché qui a fait le tour du monde pour affirmer à l'unanimité qu'il est important pour la presse de montrer de telles réalités, aussi dures soient-elles. "Doit-on montrer le drame humanitaire pour qu'il soit prouvé ? Le Soir le croit", réagit ainsi le quotidien belge. En Italie, La Repubblica a tweeté "La photo qui fait taire le monde", et en Espagne, le journal El Pais en faisait le "symbole du drame migratoire", tandis qu’El Periodico titrait sur le "Naufrage de l’Europe".

    Sur son site internet, le New York Times a également fait état de l’émotion qui s’est emparée des réseaux sociaux à la publication de ces images, relayant les interrogations sur la nécessité de diffuser ces photos et sur leur capacité à agir comme « un catalyseur pour que la communauté internationale mette fin à la guerre en Syrie ».

    « Certains disent que l’image est trop offensante pour être partagée en ligne ou imprimée dans nos journaux », a aussi réagi dans une tribune Peter Bouckaert, directeur pour les situations d’urgence de Human Rights Watch. « Mais ce que je trouve offensant, c’est que des corps d’enfants noyés viennent s’échouer sur nos rivages, alors que l’on aurait pu en faire plus pour leur sauver la vie », écrit-il, dénonçant également sur Twitter « l’inaction » de l’Union européenne dont « la prochaine réunion de crise se tient… dans douze jours [le 14 septembre]. » Dans la journée de mercredi, le mot-clé, #KiyiyaVuranInsanlik, (« l’humanité échouée »en turc), est devenu l’un des plus partagés sur Twitter.

    LeMonde.fr avait choisi de diffuser la vidéo montrant ces images dès mercredi après-midi.

    1 776 C'est le nombre de migrants portés disparus en mer Méditerranée depuis le 1er janvier 2015, sur les 36 390 arrivés par bateau dans le sud de l'Europe, selon les estimations du HCR.

    C'est donc aussi le nombre de morts qui pourrait avoir été atteint en l'espace de seulement quatre mois. Depuis le 1er janvier 2015, 400 morts par mois et, en moyenne, un mort toutes les deux heures si ce bilan se confirme.

    36 390 C'est le nombre de migrants arrivés sur les côtes européennes depuis le 1er janvier 2015. En 2014, année record, 219 000 personnes ont traversé la Méditerranée. Dix fois plus qu'en 2012.

    8 865 C'est le nombre de migrants syriens  arrivés sur les côtes d'Italie depuis janvier. Ce qui en fait la première nationalité. Suivent l'Erythrée, la Somalie et l'Afghanistan (3 363 et 2 908).

    Source :
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/20/en-2015-un-migrant-meurt-toutes-les-deux-heures-en-moyenne-en-mediterranee_4619379_4355770.html
    « Générique de NarcosPendant ce temps, en Hongrie ... un autre drame se joue ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Septembre 2015 à 16:09

    Cette image est exploitée pour faire du fric, les médias sont aussi écœurants que nos politiques, ils n'en ont rien à foutre de ce gamin, comme ils n'en ont rien à foutre des milliers d'hommes et de femmes qui osent la mort pour fuir l'enfer où les pays industrialisé les maintiennent. Ils savent que si on montre des images horribles sur les animaux ou sur les enfants, l'opinion publique s'enflamme et que ça va faire vendre leur merde, leur seul objectif est de vendre leur papier. J'en suis à me demander si c'est vraiment opportun de relayer ce genre d'info, car pour moi ce n'est que de l'intox qui sert à manipuler l'opinion

    amicalement

    Claude

    2
    RENB
    Jeudi 3 Septembre 2015 à 18:05

    LES EUROPÉENS EN ONT MARRES DE CES MIGRANT QUI QUAND ILS SONT EN SECURITÉE NOUS IMPOSENT LEURS LOIS SANS RESPECTS DES NOTRES. ÇA SUFFIT!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :