•                                           Blog de oasis54 :OASIS DE PAIX, Une ' crêpes party ', cela vous tente ?

    En fait tout est une question de géographie et plus précisément de zone linguistique, avec d’un côté la Basse-Bretagne et de l’autre la Haute-Bretagne. La Basse-Bretagne désigne la partie bretonnante (c’est-à-dire de langue bretonne) de la Bretagne et s’étend grossièrement à l’ouest d’une ligne Saint-Brieuc - Vannes. La Haute-Bretagne désigne la partie de Bretagne dans laquelle la langue parlée était le gallo, à l’est de cette même ligne Saint-Brieuc - Vannes. En fait en Basse-Bretagne comme en Haute-Bretagne, il n’y a que deux types de crêpes : les crêpes salées, à base de farine de blé noir (aussi appelé sarrasin), et les crêpes sucrées, à base de farine de froment. D’ailleurs en Basse-Bretagne on parle bien de crêpes de blé noir et de crêpes de froment. Mais les hauts-bretons ont voulu compliquer les choses en affublant les crêpes de blé noir du nom de galette alors que les crêpes de froment s’appellent simplement ... crêpes ! Les choses se compliquent quand on sait que le terme galette en Basse-Bretagne désigne autre chose : une crêpe de froment plus épaisse (en fait semblable à un blini, mais en moins épais), légèrement croustillante à l’extérieur, moelleuse à l’intérieur, à laquelle on mélange parfois des petits morceaux de pommes (un vrai régal !) ou de pommes de terre. Ou encore de délicieux biscuits pur beurre (les fameuses galettes de Pont-Aven !). Alors qui a raison entre les hauts-bretons et les bas-bretons ?

    Je ferais simplement remarquer que la capitale de la crêpe ( qui accueille tous les ans la Fête de la Crêpe ) est Gourin ... en Basse-Bretagne ! {#}

    Si cela vous tente, je vous invite à une ...

                            Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, Une " crêpes party ", cela vous tente ?

    Chouchen, cidre, café, thé ... à volonté !


    votre commentaire
  • Les coiffes bretonnes s'inscrivent pleinement dans le patrimoine de la Bretagne. Elles se distinguent aussi par leur diversité : il y a presque autant de sortes de coiffes que de microrégions, voire de communes, dans la péninsule bretonne. Certains pays en possèdent même plusieurs.

    Etant donc impossible de toutes les énumérer, cet article vous en présente quelques-unes.

     

    Coiffe bigoudene

    Représentée sur toutes les caricatures de Bretonnes à travers la France, la coiffe bigoudene est sans aucun doute la plus connue. A l'origine, elle n'était pas si haute. Selon la légende, les femmes l'auraient fait monter pour réagir aux décapitations de clochers ordonnées par Louis XIV en guise de représailles. En fait, c'est au XXe siècle qu'elle a pris de la hauteur. Elle est portée encore aujourd'hui par quelques personnes dans le pays bigouden.

     

     

     

     

    Coiffe de Pont-Aven

    Très connue également grâce à Paul Gauguin qui l'a immortalisée sur ses tableaux, la coiffe de Pont-Aven (Finistère) est formée de deux anses en dentelle.

    Coiffe du pays Vannetais

    Coiffe Pays de Vannes L'une des coiffes de Vannes et d'Auray présente l'originalité d'avoir la forme d'un petit toit. On en trouve aussi en forme de bonnet.

    Coiffe de Pontivy


    Coiffe plate, discrète, dont les deux bouts sont dégagés des deux côtés de la tête.

    Coiffe de Saint-Malo


    Assez volumineuse, l'une des coiffes du Pays malouin se distingue par deux larges bandes de dentelle qui partent chacune d'un côté de la tête pour se rejoindre sur le sommet de la coiffe.

    Coiffe du Pays Nantais


    Recouvrant l'arrière de la tête, elle se termine en une bordure un peu surélevée, parfois comme une visière.

    Coiffe de Quimper

    Elle se distingue par sa forme mi-haute couvrant une toute petite partie de la tête et tenant par un ruban passant autour du cou. Un autre ruban part du sommet de la coiffe pour flotter librement.

     


    votre commentaire
  • Toi femme de chagrin
    Au caractère trempé
    Tu guettes tes marins
    De tes yeux embrumés

    Ta robe est de granit
    De dentelle déchirée
    Que les vagues avides
    De l’écume viennent parer

    Ton manteau est de lande
    Piqué d’ajoncs jaunis
    Couvrant ta houppelande
    Au drapé vert et gris

    Ton collier est de sable
    Aux algues de pampilles
    Nacré de coquillages
    Telles filles des îles

    Tes coiffes sont clochers
    Flèches d’un ciel marin
    Tes calvaires  sculptés
    Par tes vents assassins

    D’hortensias des bouquets
    Colorent tes cheveux
    Par le sel asséché
    Du plus beau des doux bleus

    Tu répands ton parfum
    De son iode chargé
    Par la force d’embruns
    Dans l’air vivifié.

    Tes pêches empiriques
    Que les mouettes  surveillent
    Des rochers jusqu’aux criques
    Ta nature émerveille.

    Accueillant dans tes îles
    Les bateaux tatoués
    Du nom des jeunes filles
    Par les pêcheurs aimées.

    Tu as l’humeur grise
    Des ports à l’abandon
    Que les tempêtes avivent
    Comme une lame de fond.

    Tu es de ces beautés
    Sauvages et si farouches
    Qu’on ne peut oublier
    Bretagne oh toi ma douce.

    Tit’can I


    3 commentaires
  • L' Archipel de Glénan

    L'archipel des Glénan ou îles de Glénan, localement appelé « les Glénan » est
    un archipel breton situé à environ 10 miles marins ( soit 18,52 kms ) au sud de Fouesnant, dans le Finistère.

    L' Archipel des Glénan

     
    L' Archipel des Glénan est également situé à une vingtaine de km au large de Concarneau ( ville de Maman ) et de l' Anse de Bénodet.
     

    L' Archipel des Glénan se compose de neuf îles principales et d'un grand nombre d'îlots. Cet ensemble géologique granitique aurait autrefois été une seule et même île :

    « Les traditions racontent même que les neuf îlots des Glénan étaient jadis une île considérable : leur destruction par les flots de la mer est une œuvre géologique à laquelle les indigènes auraient assisté. » selon Elisée Reclus ( géographe, militant et penseur de l’ anarchisme français 15/04/1830 - 04/07/1905). ).

    On suppose même que l'archipel aurait autrefois rattaché au continent, comme le rapporte encore Reclus « Le Promontoire de Penmarc'h ou de la "tête de cheval", pilier jusqu'à présent indestructible de la côte dont l'archipel des Glénan faisait partie (...) »

    L'archipel actuel est extrêmement découpé, à tel point que sa superficie est difficilement calculable. Les cartes marines du lieu, malgré les efforts du Shom, ne parviennent pas à cartographier l'ensemble des récifs du site.

    L'archipel a parfois été décrit comme « un aperçu de Tahiti en Bretagne Sud ». Il est célèbre pour la clarté des eaux de La Chambre, zone protégée au centre-ouest du « cercle de mer », souvent comparée à un lagon. Cet espace s'étend entre les îles Saint-Nicolas, Drénec, Bananec et Cigogne, et sert de zone de mouillage aux plaisanciers.

    Lors des grandes marées, la Chambre peut être traversée à pied et devient le paradis des pêcheurs à pied qui ramassent ormeaux et palourdes sous la surveillance de la gendarmerie maritime. 

    L' Archipel des Glénan

     Le narcisse des Glénan : floraison en Avril - Mai. Découvrez le pendant les sorties natures avec LULU (animatrice nature de la commune de Fouesnant)  Tampon la poste des Glénan

    Un petit mot sur le narcisse des Glénan : en avril, c’est le printemps sur les îles, au large de Concarneau. Pendant quelques jours, une plante unique au monde fleurit. Le narcisse des Glénan a été sauvé de l’extinction par une poignée de naturalistes.

                              


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique