• Ce soir sur France 2, vous pourrez retrouver le film " Cheval de Guerre ", réalisé par Steven Spielberg.

    Voici cinq raisons de ne pas manquer ça !

    Sorti en 2011, Cheval de Guerre raconte l’histoire d’amitié entre un jeune homme, Albert, et son cheval, Joey. Séparé de son meilleur ami au début de la Première Guerre Mondiale, Joey va entamer un véritable périple pour retrouver Albert et changera la vie des personnes qu’il rencontrera sur son chemin. Voici cinq raisons de regarder ce superbe film ce soir sur France 2.

    1) Pour Steven Spielberg

    Y a-t-il encore besoin de présenter l’œuvre de Steven Spielberg ? Cheval de Guerre est le 26ème film d’une liste qui compte des chefs-d’œuvres comme Les Dents de la Mer, la série des Indiana JonesJurassic Park ou encore Il faut sauver le soldat Ryan. Réalisateur de génie, plusieurs fois oscarisé, Steven Spielberg suffit à donner envie de regarder Cheval de Guerre, non ?

    2) Pour ses nominations aux Oscars

    Cheval de Guerre a remporté pas moins de six nominations aux Oscars 2012 : Meilleur film, meilleure direction artistique, meilleure photographie, meilleur montage de son, meilleur mixage de son et meilleure musique de film. Si vous cherchiez encore une preuve que ce film est excellent, la voici !

    3) Pour la musique

    Steven Spielberg retrouve son associé de toujours, celui qui a composé les thèmes musicaux les plus célèbres du monde, comme celui des Dents de la Mer, d’E.T. ou d’Indiana Jones : John Williams. Celui-ci signe une nouvelle fois une bande originale magnifique, qui nous plonge immédiatement dans cette incroyable épopée.

    4) Pour les paysages

    Comme dans chacun de ses films, Steven Spielberg nous transporte dans des paysages fantastiques : de la campagne américaine ou champs de batailles européens, en passant par les magnifiques plans de la France, Cheval de Guerre n’est pas seulement un film fort, mais aussi un film esthétiquement sublime.

    5) Pour tomber ou retomber amoureux des chevaux

    Cheval de Guerre a la particularité d’avoir un animal pour personnage principal. Bien entendu, il s’agit d’un superbe cheval. Sans aucune parole, Joey parvient à transmettre des émotions intenses ... 

    Cheval de guerre


    5 commentaires
  • Date de sortie : 15 octobre 2003

    Réalisateur : Clint Eastwood

    Avec : Sean Penn, Kevin Bacon, Tim Rbbins, Laurence Fishburne, Laura Liney ....

    Jimmy Markum, Dave Boyle et Sean Devine ont grandi ensemble dans les rues de Boston. Rien ne semblait devoir altérer le cours de leur amitié jusqu'au jour où Dave se fit enlever par un inconnu sous les yeux de ses amis, impuissants. Les ravisseurs abusèrent sexuellement de Dave pendant quatre jours, jusqu'à ce que ce dernier réussisse à leur échapper. Leur complicité juvénile ne résista pas à un tel événement et leurs chemins se séparèrent inéluctablement.

    Jimmy sombra pendant quelque temps dans la délinquance, Sean s'engagea dans la police, Dave se replia sur lui-même, se contenta de petits boulots et vécut durant plusieurs années avec sa mère avant d'épouser Celeste.

    25 ans plus tard, alors que les trois amis ont suivi ces voies différentes, leurs chemins vont à nouveau se croiser ! En effet, une nouvelle tragédie rapproche soudain les trois hommes : Katie, la fille de Jimmy, est retrouvée morte au fond d'un fossé.

    Le père endeuillé ne rêve plus que d'une chose : se venger ! Et Sean, affecté à l'enquête, croit connaître le coupable : Dave Boyle...

    Sauf que les faits sont loin d' être aussi clairs !

                                  

    Les bonnes raisons pour regarder ce film :

    - Parce que c'est un bon polar
    Tiré du roman de Dennis Lehane (à qui l'on doit Shutter Island et Gone Baby, Gone), Mystic River est un polar sombre et bien ficelé sur la complexité de la nature humaine. 

    - Parce que c'est un des meilleurs films de Clint Eastwood
    Bird, Sur la route de Madison, Million dollar baby, Gran Torino... La filmographie de Clint Eastwood recèle de petites pépites ... dont celle-ci !

    - Parce que le casting fait rêver
    Pour jouer les trois héros de Mystic River, Clint Eastwood a fait appel à Sean Penn (qui incarne Jimmy), Kevin Bacon (Sean) et Tim Robbins (Dave). Un choix judicieux puisque le trio fait véritablement des étincelles. A leurs côtés on retrouve deux actrices avec lesquelles le réalisateur a déjà tourné : Laura Linney, la star de la série The Big C, que l'on a pu voir au casting des Pleins pouvoirs, et Marcia Gay Harden, sa partenaire dans Space cowboys. Que du lourd !


    1 commentaire
  • Il était «l'héritier spirituel de John Ford» écrit Jean Tulard dans son Dictionnaire du cinéma. Le réalisateur anglo-américain Andrew McLaglen est mort à 94 ans. L'homme à l'origine du film de guerre Les Oies sauvages , en 1978 ( avec Roger Moore et Richard Burton )

                          

    ou du Grand McLintock de 1963 est décédé à Friday Harbor, à Washington. Sa mort n'a été confirmée que récemment par la John Wayne Enterprises.

    Andrew V. McLaglen est né à Londres en 1920, mais a fait ses premiers pas à Hollywood dès son plus jeune âge, en accompagnant son père, le très populaire acteur Victor McLaglen, un ex-boxeur oscarisé pour son jeu d'acteur.

    Andrew McLaglen restera principalement dans l'histoire du cinéma pour ses westerns. Il tourne entre autres John Wayne et John Ford. C'est parmi ces hommes de génie qu'Andrew a grandi. Il avait grimpé les échelons rapidement, en tant qu'assistant de Ford, puis en tant que réalisateur indépendant. Il avait même fini par diriger les acteurs qui l'avaient formé, y compris son propre père.

    Man in the vault, son tout premier film, sort en 1956. Il s'agit d'un film noir de 73 minutes. De nombreuses œuvres cinématographiques se succèdent comme Les Prairies de l'honneur (1965) ou l'excellent Chisum en 1970 avec un impérial John Wayne. Ce solide western sans temps morts, contant un épisode véridique de l'histoire de l'Ouest mettant en scène John Chisum, Billy the Kid et Pat Garrett, l'aura propulsé vers la célébrité.

                           

    Les westerns et films de guerre étaient sa spécialité. Mais il s'était fait la main dans divers genres y compris la comédie et les séries télévisées, et dirigé de nombreux acteurs tels que Clint Eastwood dans Rawhide, Doris Day, Peter Graves, Brooke Shield et Dean Martin. Son dernier film était sorti en 1991: SAS: L'Œil de la veuve. Depuis qu'il avait pris sa retraite aux États-Unis sur les îles San Juan, il dirigeait des œuvres théâtrales pour les locaux.

                          

    Sur la page Facebook de l'association John Wayne, son ami depuis les années 1920, un chaleureux hommage lui est rendu. «Nous n'oublierons jamais l'agréable personnalité d'Andrew, son superbe sens de l'humour, sa gentillesse et son enthousiasme».


    2 commentaires
  •  

    Réalisé par Akiva Goldsman ( 10 février 2014 )

    Avec : Colin Farrell, Jessica Brown Findlay,Russell Crow, Will Smith ...

    Synposis : New York, au tout début du XXème siècle.

    Passé maître dans l'art du cambriolage, Peter Lake n'aurait jamais cru qu'un jour son cœur lui serait ravi par la charmante Beverly Penn. Mais leur idylle est maudite : tandis que Beverly est atteinte de tuberculose, Peter a été condamné à une mort bien plus violente par son ancien mentor, le diabolique Pearly Soames. Peter tente par tous les moyens de sauver la femme qu'il aime, à travers le temps, luttant contre les forces des ténèbres – et surtout contre Pearly qui s'acharne à vouloir l'anéantir. Désormais, Peter ne peut plus compter que sur un miracle...

     Les critiques sont très partagées sur ce film ... On passe de " La Belle et le Clochard " à  Voyage au bout de l' ennui ... A vous de vous faire votre opinion !  

    Pour ma part, quelques longueurs vite effacées par cette ambiance si particulière (semi-réaliste, semi-fantastique, parfois même féérique).             

     


    votre commentaire
  • Décès d' Eli Wallach, une légende du cinéma américain ...

    C'est une légende du cinéma américain qui nous a quittés ce mardi à New York. Eli Herschel Wallach a traversé six décennies à Hollywood, et sa belle filmographie résume à elle seule les courants qui l'ont traversé. Né à Brooklyn en 1915, d'immigrants juifs venus de Pologne faire fortune aux Etats-Unis, Eli Wallach ne se destinait pas à une carrière d'acteur. Après des études d'histoire à Austin, au Texas, il s'engagea dans l'armée américaine durant la Seconde guerre mondiale et servira notamment en France. Sergent dans un hôpital militaire, il avait pour habitude de monter des pièces de théâtre pour divertir les patients.

    A son retour aux Etats-Unis, il décide de prendre des cours d'art dramatique, à New York, à la célèbre école de l'Actors studio et y fréquente Marlon Brando, Montgomery Clift et une certaine Marylin Monroe. En 1945, il monte sur les planches de Broadway et commence une carrière sur les planches. En 1951, il remporte un premier Tony Award. En 1956, Eli Wallach connaît son premier rôle au cinéma, dans le film d'Elia Kazan, «Baby Doll». Il remporte le Bafta (l'équivalent anglais des Oscars) du meilleur espoir. Dès lors, les portes d'Holywood s'ouvrent à lui. Sa «gueule» en fait un acteur récurrent des western. Parmi ses premiers grands films, citons «Les Sept Mercenaires» de John Sturges, «Les Désaxés» de John Huston et bien sûr «Le Bon, la brute et le truand» de Sergio Leone.

    Son nom restera à jamais associé au chef d'oeuvre du western spaghetti. C'est lui qui prête ses traits à Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez, dit Tuco, le «truand» dans la version française - on notera d'ailleurs la traduction fantaisiste de «The Ugly», le vilain littéralement. Eli Wallach a d'ailleurs raconté dans son autobiographie «The Good, the Bad and Me: In My Anecdotage» avoir été blessé par ce surnom, qu'il ignorait pendant le tournage. Film légendaire, conclusion parfaite à la Trilogie du dollars, «Le Bon, la brute et le truand» place Eli Wallach au niveau de deux légendes du western et d'Hollywood, Clint Eastwood, «Blondie», le Bon, et Lee Van Cleef, «Sentenza», la Brute. Si Eli Wallach sait ce qu'il doit à Sergio Leone pour la suite de sa carrière, il a également regretté les risques que le cinéaste italien faisait courir à ses acteurs.

    Après ce sommet cinématographique, Eli Wallach connaîtra une longue et belle carrière, au cinéma, mais aussi sur les planches et à la télévision - il a notamment incarné Mr Freeze dans une version télé de «Batman». Du «Cerveau» de Gérard Oury à la suite de »Wall Street» d'Oliver Stone, on le retrouvera en second rôle dans de nombreux films prestigieux, comme «Le Parrain III» de Francis Ford Coppola ou «Mystic River» de Clint Eastwood. En novembre 2010, il recevra un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Eli Wallach était aussi un homme d'honneur qui n'eut qu'un amour fou dans sa vie: l'actrice Anne Jackson, avec qui il fut marié depuis 1948.

                        


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique