• Des nouvelles de mon homme ...

    L' opération s' est bien passée selon le Docteur Dolivet  et pas de mauvaise surprise ...

    J' avoue que de le voir avec tous ces tubes et ces engins autour de lui m' a fait mal !

    Le pb, c' est la suite qui est douloureuse, très douloureuse ... on est obligé de faire usage de la pompe à morphine qui a été installée  à côté de lui !

    • L'Analgésie Contrôlée par le Patient (ACP ou en anglais PCA pour "Patient Controlled Analgesia") est un système d'auto-administration d'analgésiques permettant d'optimiser la prise en charge de la douleur aiguë ou chronique.

    • La PCA offre au patient une autonomie dans la gestion de son traitement et de sa douleur.

    • Dans la douleur chronique, la PCA repose sur l'administration d'une dose continue d'antalgique avec la possibilité d'auto-administration sécurisée de bolus par le patient.

    • En cas de douleur, le patient s'auto-administre un bolus en appuyant sur un bouton-poussoir.

    • La période réfractaire correspond au délai minimal, intervalle de sécurité, entre deux bolus. Durant cette période, si le patient appui sur le bouton-poussoir, aucune dose supplémentaire de médicament n'est administrée.

    L’utilisation de la morphine est liée à l’intensité de la douleur et non à la gravité de la maladie. Si une douleur est intense, cela ne signifie pas forcément que sa cause est grave. Il n’y a pas de lien systématique entre intensité et gravité. Les douleurs de la « rage de dent » ou de la colique néphrétique ne sont-elles pas parmi les douleurs les plus intenses ?
    La morphine peut être utilisée pour prévenir la douleur liée à un acte médical, comme pour soulager des douleurs osseuses liées à des métastases.
    Utiliser la morphine ou ses dérivés est justifié dès que les autres antalgiques ne sont pas efficaces pour soulager la personne.
    À tort, la morphine est souvent associée à l’idée de mort parce qu’elle a longtemps été réservée aux personnes en fin de vie. Aujourd’hui, elle est reconnue comme médicament indispensable pour lutter contre certaines douleurs intenses, cancéreuses ou non.
    Elle peut être utilisée de manière temporaire, pour soulager une douleur aiguë ou sur une période prolongée, pour soulager une douleur chronique, quel que soit le stade de la maladie. Depuis que l’utilisation de la morphine s’est développée, la prise en charge de la douleur s’est considérablement améliorée.

    La somnolence est fréquente au début du traitement par morphine ou lorsque les dosages augmentent. Cet effet est dû à la fois au manque de sommeil accumulé à cause de la douleur et à l’action sédative des opioïdes.
    Le malade et l’entourage ont parfois du mal à accepter cet effet secondaire. Pourtant, la somnolence est généralement passagère et s’atténue progressivement : il faut laisser au corps le temps de s’adapter au traitement et de récupérer de la fatigue causée à la douleur.
    Si la somnolence persiste ou s’accentue, le médecin peut adapter le traitement en diminuant la posologie ou en prescrivant d’autres médicaments.

    « Nancy : Gilles Latraye, chômeur, aura-t-il un emploi ?Nancy : "Y’ a-t-il du monde au balcon ? ", par les " Sans Bretelles " .... »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    mireille du sablon
    Jeudi 3 Mars 2016 à 20:21

    ... même si cela n'est pas facile, il a les moyens de ne pas souffrir et c'est bien là le principal...Repose-toi aussi, tu en as besoin.

    Bises de Mireille du sablon

    2
    Jeudi 3 Mars 2016 à 21:48

    Heureusement qu'il y a des moyens pour le soulager de la douleur. La morphine n'est pas utilisée dans tous les hôpitaux en Belgique. 

    On pense bien á toi, ton précédent article etait très interessant pas celui de Gilles Latraye ni celui de Donald Trump qui j'espère ne sera pas élu.

    amities nadine 

    3
    Vendredi 4 Mars 2016 à 06:35

    bon rétablissement à ton homme ! bonne journée

    4
    Vendredi 4 Mars 2016 à 06:43

    Ça me rappelle des souvenirs pas si lointains, sauf qu'à Poitiers je n'ai pas eu de morphine, et quand on est cloué sur un lit d'hôpital sans pouvoir bouger, la douleur est la pire chose à vivre, les journées et le nuits paraissent sans fin

    Bon courage à vous deux, fais nos amitiés à Guy

    Amicalement

    Claude

    5
    Vendredi 4 Mars 2016 à 08:54

    bon courage tu sais qu'il est entre de bonnes mains ...

    6
    Vendredi 4 Mars 2016 à 09:31

    Coucou, j'ai enfin réussi à ouvrir les commentaires.. Je suis heureuse de savoir que l'opération c'est bien passée et qu'il a de la morphine pour être soulagé..

    Bons baisers

    7
    Vendredi 4 Mars 2016 à 10:50

    Pas bien agréable tout ça, mais l'essentiel est qu'il se remette vite ! Bon courage et gros bisous

    8
    Vendredi 4 Mars 2016 à 11:23

    Voilà une bonne nouvelle ! . Je passe plus de temps sur la plage que devant les nouvelles déprimantes à la télé ou sur les médias qui vous bourrent le crâne  ! . Bonne fin de semaine Annick , escapade 

    9
    Vendredi 4 Mars 2016 à 11:42

    J'en ai eu maintes fois au cours de mes diverses opérations, le seul effet secondaire que j'avais c'était des nausées, j'espère que Guy n'en aura pas ... un bien agréable anti-douleur et il peut tout seul gérer sa douleur ...c'est un produit miraculeux qui évite bien des souffrances . Rassure toi Annick .. et bon courage surtout .

    Pensées +++ vers vous,

    Bisous de Christiane

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 15:36
        kofkof

        Tous mes vœux de rétablissement à ton mari.
        Pour le blog, j'avais hésité avec eklablog mais j'ai renoncé à cause de la publicité trop importante pour ceux qui lisent avec leur iphone ou smartphone, et j'ai fait un site.

        J'ai vu que tu étais passée m'y rendre visite, merci ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :