• Et si les médecins faisaient la grève de la carte vitale ?

    Et si les médecins faisaient la grève de la carte vitale ?

    Combien de temps faudra-t-il attendre pour être remboursé de sa consultation ? Le ton monte alors que les médecins poursuivent leur combat contre le projet de loi santé, dénonçant notamment la généralisation du tiers payant. Ils menacent maintenant d'entamer une grève "administrative" à partir du mois de janvier.

    Les généralistes appellent aussi à "refermer" les cabinets le 6 janvier, "pour 'fêter' symboliquement les quatre ans de blocage du tarif des consultations", confirme Claude Leicher qui précise que 94% des généralistes respectent les tarifs de la Sécu, soit 23 euros la consultation en secteur 1.

    MG France a déjà prévenu : "Ce mouvement de mobilisation des généralistes ne s'arrêtera pas à cette fin d'année". Les professionnels de la santé envisagent donc de nouvelles formes d'actions : à partir de début janvier, certains se préparent à refuser de prendre la carte vitale lors des consultations et à donner la bonne vieille feuille de soins. Il appartiendra alors aux patients de l'envoyer à l'assurance maladie pour être remboursés.

    D'autres envisagent de ne plus communiquer les feuilles de soins par télétransmission qu'une seule fois par mois à la place des trois fois par semaines. Des actions qui risquent de saturer les services de l'assurance maladie, la noyant sous la paperasse, et donc de retarder les remboursements. La Sécu reçoit en effet plusieurs centaines de millions de feuilles de soins électroniques chaque année.

    Depuis sa mise en place, la télétransmission des feuilles de soins facilite les remboursements (sous cinq jours contre 20 jours en moyenne pour l'envoi par la poste de la feuille de soins). La menace des médecins peut donc avoir d'importantes répercussions sur les remboursements, même si l'assurance maladie n'a, pour le moment, pas encore évalué les effets possibles.

    Les discussions se poursuivent mais certains médecins sont déterminés. Pour le moment, le mouvement initié par MG France le 2 octobre dernier bénéficie plutôt du soutien de l'opinion. Pas sûr que la pagaille annoncée ne provoque pas un retournement :

    Nous sommes conscients des difficultés de la population mais nous sommes aussi scandalisés qu'aucune des préconisations de l'Igas sur les coûts de gestion n'ait été mise en œuvre  alors qu'il existe des marges de manœuvre  considérables", affirme Claude Leicher.

    Avec ce nouvel ultimatum, les médecins maintiennent leur bras de fer avec Marisol Touraine, ministre de la Santé, accusée de "surdité". MG France admet qu'"une porte s'est entrouverte" dans les discussions sur la loi santé. Le 12 janvier, la ministre doit d'ailleurs recevoir le "front généraliste".

    « Valls : encore trois années de "sacrifices" pour les FrançaisPoitiers : Cathy au service des sans-abris »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :