• Finale du Top 14: Le Stade Français, sacré champion, étouffe Clermont

    Finale du Top 14: Le Stade Français, sacré champion, étouffe Clermont

    Une nouvelle fois - un titre seulement (2010) en douze finales -, Clermont s’est incliné dans l’ultime round. Et c’est une jeune et remarquable équipe parisienne, dans le sillage de ses «papas» Parisse, Papé et Dupuy, qui récolte le trophée, huit ans après son dernier titre (2007). Récompense justifiée pour un club formateur, que le duo d’entraîneurs Quesada-Dubois a su magnifier en cette fin de saison.

    Ce sacre survient au terme d’un combat de poids lourds, perlé de secousses telluriques devant, de plaquages dantesques partout. Les deux finalistes se sont rendus coups pour coups durant cette première période émaillée de deux algarades tant la tension était grande, de quelques belles actions mal terminées (fautes de mains) et de deux décisions d’arbitrage d’importance.

    Sur la première, le flanker clermontois Julien Bardy, coupable d’un plaquage dangereux sur Nayacalevu au sol, écopait d’un carton jaune mérité (14e), laissant son équipe en infériorité numérique encaisser ses six premiers points. Sur la deuxième, l’arrière Nick Abendanon, déséquilibrant le capitaine parisien Sergio Parisse sur une réception aérienne (23e), n’était sanctionné que d’une pénalité alors que sa faute méritait au moins le jaune….

    Virant de peu en tête la mi-temps (9-3), Paris laissait passer deux occasions de marquer (45e, 51e): Steyn, comme Parra avant lui (5e, 26e), manquait deux buts dans ses cordes. Attendu comme le Messie, Brock James entrait, éclairait immédiatement le jeu et ajoutait un but (63e, 9-6). Cette finale cherchait son vainqueur, les défenses l’emportant sur l’attaque désordonnée. Et elle trouvait le Stade Français au terme d’un match brouillon, titre qui récompense une jeune et belle génération parisienne (Bonfils, Slimani, Flanquart, Burban, Danty, Camara, Sempere, sans oublier Plisson et Bonneval, blessé) éclose au club.
     
    Clermont a connu trois échecs dans les tirs au but, deux par Parra (5e, 26e) et un par Brock James (71e), relativement facile, qui aurait pu mettre, en fin de match, les deux équipes à égalité. Le Stade Français a pu compter, lui, sur un sans faute de son ouvreur sud-africain Morné Steyn en première période (100% de réussite, soit trois buts) pour assurer l’écart au score.
    Cette finale, tendue durant 80 minutes, n'a pas accouché d'un festival offensif. Le Stade Français, qui avait balayé le Racing Métro (38-15) en barrages puis Toulon en demi-finale (33-16), n'a jamais réussi à emballer une rencontre marquée par des contacts extrêmement rugueux. Si aucun essai n'a été inscrit, le suspense aura été haletant de bout en bout, le succès des Parisiens n'étant assuré qu'à la dernière minute du match, sur une pénalité de Morné Steyn (12-6).
     
    « Football : les femmes ont rejoint les hommes dans la médiocrité ...La découverte d' hier au Mercado Municipal de Puerto de La Cruz »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :