• C' est une " chaise à nouilles " ! {#} Je rigole, mais ce n'est pas une blague ...

    Assis à la croisée des deux montants en bois, le cuisinier fait glisser sa pâte le long des rainures prévues à cet effet : les nouilles tombent alors sur les côtés.

    Cet objet est utilisé en Inde (Gujarat).

    Objet insolite ou de métier "chaise à nouilles" Objet insolite ou de métier "chaise à nouilles" Objet insolite ou de métier "chaise à nouilles" Objet insolite ou de métier "chaise à nouilles"


    votre commentaire
  • Boulevard de Rochechouart

    En regardant de près cette photo, on remarque le nom

    " Bouglione " ...

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, Paris d' hier et d' aujourd' hui : boulevard de Rochechouart
     
    Bouglione ... Vous avez dit Bouglione ? Quel rapport avec le célèbre cirque du même nom ?

    Une photo ancienne de l' endroit nous donne l' explication ...


    Boulevard de Rochechouart
     
     
    L’histoire de cet endroit du 9ème arrondissement, le long du boulevard de Rochechouart, à la croisée avec la rue des Martyrs (à droite), commence en 1875, lorsque s’y installe le cirque Fernando. C’est l’un des quatre cirques sédentaires de Paris à l’époque. Il connait des difficultés financières en 1897, il est alors repris par un clown appelé Jérôme Medrano (1849 – 1912). Il a été appelé Gérôme (c’est le nom indiqué sur sa tombe), Géronimo (son nom de scène), ou encore « Boum-boum », un surnom qu’il doit au fait qu’il interpellait ainsi le chef d’orchestre du cirque. Le fils de Medrano, aussi appelé Jérôme, a continué l’activité jusqu’en 1963, date à laquelle l’endroit est racheté le concurrent Joseph Bouglione, et baptisé cirque de Montmartre. Mais le succès n’est pas au rendez-vous : le bâtiment est détruit en 1973, remplacé par l’immeuble appelé Bouglione. Et tant pis pour le nom de celui qui avait pourtant marqué l’histoire du lieu pendant 66 ans : le photographe Chamberlin, dont les ateliers se trouvaient également là, qui a réalisé des clichés de Géronimo Medrano, notamment en 1890, pendant l’époque du cirque Fernando.

     


    votre commentaire
  •  

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Une légende raconte qu’un petit écureuil grimpa le long d’un tronc d’arbre.
    Il mordit une branche et il se mit à boire.



    Un Amérindien, au bas de l’arbre, le regardait. Il se demandait pourquoi, puisqu’une source coulait tout près.

    Il imita l’écureuil en faisant une fente avec son couteau. Quelle surprise!

    Jusqu’à aujourd'hui, la tribu amérindienne ne trouvait du sucre que dans les fruits sauvages.

    Et voilà un arbre qui pleure du sucre en larmes de cristal.

    En plus, il venait de découvrir un remède contre le scorbut, dont les siens souffraient souvent au printemps.

    Le frère Marie-Victorin, grand naturaliste et savant québécois, auteur illustre de la Flore Laurentienne, affirme carrément que les Amérindiens apprirent de l’écureuil roux,l’existence du sirop et de la tire d’érable.

    En effet, lorsqu’une branche d’érable à sucre casse sous le poids du verglas,
    la blessure causée coule au printemps.

    De cette entaille naturelle, le chaud soleil printanier évapore l’eau, et il ne reste finalement qu’une traînée de tire d’érable que les écureuils lèchent.

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...



    Autant de tribus, autant de légendes amérindiennes, expliquent comment cela a pu se passer...

    Les Micmacs

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Par une journée de tôt printemps,
    alors que le vent était encore frisquet, une vieille femme Micmac alla ramasser la sève des érables. Comme elle goûte et la trouve meilleure chaude, elle en mit dans un pot qu'elle plaça au-dessus de son feu.

    Fatiguée, elle alla s'étendre pour se reposer. Lorsqu'elle se réveilla, le soir était déjà là. Dans le pot, elle trouva un sirop doré, clair et sucré.

    Algonquin

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Le chef retira son «Tomahawk» de l'érable dans lequel il l'avait enfoncé la veille.
    Comme le soleil montait dans le ciel, la sève se mit à couler.

    Sa femme la goûta et la trouva bonne. Elle s'en servit pour cuire la viande,
    ce qui lui évita d'aller à la source pour chercher de l'eau.

    Le goût sucré et l'odeur douce furent très appréciés par le chef.

    Il appela le sirop, dans lequel avait bouilli la viande, «Sinzibuckwud», mot algonquin qui veut dire «Tiré des Arbres».

    Iroquois


    Par un matin froid et piquant, il y a fort longtemps,
    un chef iroquois du nom de Woksis sortit de sa hutte.

    Puisqu'il devait aller à la chasse, il retira son «Tomahawk» de l'érable dans lequel il l'avait plantée la veille au soir.

    Le tomahawk avait fait une profonde entaille dans l'arbre mais Woksis n'y fit pas attention.
    Il partit chasser.

    Un récipient en écorce de bouleau était posé au pied de l'érable.

    Goutte à goutte, la sève, qui ressemblait à de l'eau, s'écoula de l'entaille faite dans le tronc de l'érable et remplit le récipient.

    Le lendemain, la femme de Woksis remarqua que le récipient était plein.

    Pensant que la sève incolore était de l'eau, elle s'en servit pour faire un ragoût de gibier.

    Le soir venu, au souper, Woksis sourit et dit à sa femme: «Ce ragoût est délicieux. Il a un goût sucré.»

    N'y comprenant rien, la femme trempa son doigt dans le ragoût qui avait mijoté tout l'après-midi.

    Woksis avait raison. Le ragoût était sucré.

    On venait de découvrir le sirop d'érable!

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...




    Ce climat,
    qui passe du chaud au froid et du froid au chaud au gré des saisons,   fait bénéficier d’une richesse naturelle.

    Une eau sucrée provenant des érables qui subissent ces changements climatiques.

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Au Québec, et ailleurs en Amérique du Nord, il y a beaucoup d’érables, et certains produisent une eau sucrée qui, grâce à l’imagination de l’homme est transformée en sirop et autres produits dérivés.

    Quarante litres d’eau font un litre de sirop d’érable. Donc, pour produire ce sirop, on doit posséder une érablière et une cabane à sucre qu’on appelle aussi au Québec : « La sucrerie ».

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Chaque printemps, c’est une fête pour ceux qui aiment les produits de l’érable.



    Il y a, un peu partout au Canada, de nombreuses parties de sucre.


    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Ils peuvent donc savourer, à leur goût, les nombreux plats préparés avec du sirop d’érable.

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Les adultes et les enfants s’en donnent «à cœur joie», et profitent de cette saison magnifique.

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...

    Le sirop d’érable et ses dérivés font partie intégrante de la culture québécoise.

    Plus qu’un simple produit issu de la tradition, le sirop d’érable est l’un des éléments culturels associés aux Québécois et aux Canadiens partout dans le monde.


     

                               Blog de oasis54 :OASIS DE PAIX, La légende du sirop d' érable ...
     
     

    votre commentaire
  • Rue Pernety

    La carte postale ancienne indique le carrefour entre la rue de Vanves et la rue Pernety. Mais à cet endroit du 14ème arrondissement, on ne trouve plus la rue de Vanves : elle a été renommée rue Raymond Losserand en juillet 1945.

    En effet, la rue Raymond-Losserand est mentionnée pour la première fois en 1210. Elle apparaissant sous le nom de chaussée de Vanves sur le plan de Paris d' Albert Jouvin de Rochefort en 1672. Chemin des anciennes communes de Vaugirard, Montrouge et Vanves, elle devient parisienne après l'annexion de totale ou partielle de ces communes par Paris en 1860, sous le nom de rue de Vanves.

    Le 11 juillet 1945, elle est renommée en souvenir de Raymond Losserand, conseiller municipal de Paris et résistant, fusillé en 1942.

    La rue Pernety (en face), elle, existe toujours sur la même dénomination. Laquelle vient du vicomte Joseph Marie de Pernety (1766 – 1856), un général qui a bataillé au gré des pouvoirs en place, depuis les révolutionnaires jusqu’à la Restauration en passant par l’Empire.

    Rue Pernety


    votre commentaire
  • Rue du Chevalier de la Barre

    Rue du Chevalier de la Barre

    La rue du Chevalier-de-La-Barre est une rue de la Butte Montmartre à Paris, dans le 18 ème arrondissement.   Elle s'appelait auparavant rue de la Fontenelle qui  devait son nom à une source naturelle appelée la Fontenelle, tarie vers le milieu du XVIII ème siècle.

    Bien que les photos anciennes aient été prises au début du 20ème siècle, elle fait référence à l’ancien nom, probablement parce que l’usage est resté. La rue grimpe la butte de Montmartre.

    De nombreux artistes y habitèrent, comme le peintre catalan Pedro Creixams, l' écrivain Georges Courteline.

    Depuis 1932, un passage a été percé sur la droite. Lui ne monte pas, mais constitue un accès à la rue Falconet (perpendiculaire à la rue du Chevalier de la Barre), qui s’en va rejoindre le passage Cottin tout proche.

    Rue du Chevalier de la Barre

    Rue du Chevalier de la Barre Cette rue  a perdu de son authenticité avec la prolifération des boutiques de souvenirs, pièges à touristes en provenance du monde entier. {#}Mieux vaut la visiter tôt le matin pour profiter de ses maisonnettes basses, et de la basilique du Sacré Cœur qui la domine de ses multiples tourelles blanches ... 

    Mais qui était le Chevalier de la Barre ?

    Blog de oasis54 : OASIS DE PAIX, Paris d' hier et d' aujourd' hui ...   la rue du Chevalier de la Barre Le chevalier François-Jean Lefebvre de La Barre, né le 12 septembre 1745 au château de Férolles-en-Brie et exécuté à Abbeville le 1er juillet 1766, est une victime du pouvoir et de l'arbitraire de la justice subsistant au Siècle des Lumières  dans une affaire où s’investiront les philosophes des Lumières au nom de la tolérance religieuse et de la liberté de conscience. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique