• House of Cards

    C'est la série révolutionnaire de l'année... qui n'en aura plus l'air quand vous la regarderez. House of Cards débarque jeudi 29 août sur Canal Plus, quelques mois après sa diffusion aux Etats-Unis, là où le programme a bouleversé toute l'industrie. Produite par Netflix, la plate-forme de vidéo à la demande (VOD), House of Cards a cassé tous les codes que l'on connaissait dans le monde des séries TV.

    Mise à disposition de tous les épisodes en même temps, diffusion multi-canaux (TV connectée, smartphone, tablette, consoles de jeux...), tarif raisonnable et surtout un algorithme taillé pour plaire au spectateur. Netflix est basé sur un moteur où toutes les habitudes et préférences des spectateurs sont notées et analysées.  Comme l' expliquait le New York Times en 2008, les spécialistes marketing ont soigneusement épluché toutes les données avant de donner le feu vert à la série. Réalisateur, acteurs, thèmes... Tout a été analysé afin de correspondre aux attentes des spectateurs.

    Malheureusement Canal Plus n'a pas exporté le modèle et a choisi de la vendre comme une série "à papa". La chaîne cryptée a prévu de distiller les épisodes au fil des semaines, au rythme de 2 à chaque fois. En cas de succès public après le visionnage des premiers épisodes, le risque de voir les internautes se jeter sur le téléchargement illégal pour voir la fin de la série est évident ! Et Canal Plus a un coût: comptez 39,90 euros par mois, quand Netflix n'est qu'à 8 dollars (environ 6 euros).

    Tirée d’un roman de Michael Dobbs, et déjà adaptée à la télévision britannique dans les années 90 (cette première version sort en DVD en France en septembre), House of Cards raconte les machinations et mensonges d’un homme politique qui se voit refuser le poste très haut placé qu’il convoitait au gouvernement des États-Unis. Il va dès lors tout faire pour le récupérer. Il ne s’agit donc pas d’un thriller à la 24 heures chrono ou Homeland. Il est question de politique américaine, des coulisses de Washington, de coup bas, de traîtrises et d’ambition. C’est un mélange de The West Wing pour l’environnement politique et de Profit pour l’ascension irrésistible d’un homme que rien n’arrête. Et tout comme le héros de cette série-culte, le personnage principal s’adresse directement à la caméra pour parler au téléspectateur.

    Après une diffusion sur la chaîne belge BeTv en février dernier, la série composée de 13 épisodes de 50 minutes arrive donc sur Canal+ à partir du jeudi 29 août à 20h55. Au menu ? Des mensonges, de la manipulation, des magouilles. Bref, vous ne risquez pas de vous ennuyer devant votre écran !

    J' ai adoré cette série ...


    « Le mystérieux 145, rue la Fayette à ParisRhume : un bon remède ? Un grog ... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :