• Déjà, la première fois, on nous avait servi à La Rosa di Bari, des petits pains avec une coupelle d' huile d' olive et de vinaigre balsamique ...

    ????

    En Italie c'est une habitude. Au Québec, on retrouve ce mélange sur les tables des restaurants branchés de Montréal. En France, on connaît pas trop !

    Et pourtant c'est tellement bon! Au lieu de tartiner votre pain avec du beurre, la prochaine fois, essayez de le tremper dans un mélange d'huile d'olive et de vinaigre balsamique. Delizioso! Les proportions sont à ajuster selon si vous aimez plus ou moins le goût vinaigré.

    Si le pain est souvent servi avec des repas en Italie, il n’est toutefois nullement là pour que vous le trempiez avec tout et n’importe quoi. Il sert d’accompagnement pour votre prosciutto, ou autre salami ou fromage.


    2 commentaires
  •  

    C' est tout simplement, l' ombre de l' arbre !


    votre commentaire
  • Si les chats surfaient sur Internet, ils se rendraient sur Cat Street View, afin de voir le monde à leur hauteur.

           ( La ville d'Onomichi, vue à hauteur de félin. Photo: Capture d'écran Cat Street View )
     
    Une balade dans la peau d'un chat. Voilà en substance ce que propose l'application Cat Street View, imaginée et conçue par l'office de la préfecture de Hiroshima (sud-ouest du Japon). Très largement inspiré de Google Street View, l'outil donne la possibilité d'explorer certaines parties de la ville d'Onomochi, dont une galerie marchande, à hauteur de félin.

    La commune en question a été sélectionnée pour ce projet car elle est connue pour son importante population de matous. Et les créateurs ont poussé le concept assez loin. En progressant dans les rues de la ville, on peut ainsi accéder à certaines informations qui semblent essentielles du point de vue d'un chat, comme la présence de congénères à proximité, ou l'emplacement des meilleurs coins pour tenter de se faire offrir (ou de chaparder) de la nourriture.

    "Nous cherchions à introduire une nouvelle manière de voir nos villes et à proposer une vue des rues qui n'existait pas auparavant", explique un responsable du tourisme pour la préfecture de Hiroshima, cité par le Wall Street Journal. Le résultat est incontestablement réussi, même si l'espace de promenade est pour le moment limité à quelques rues.

    Les concepteurs ont en tout cas fait les choses très sérieusement, en utilisant notamment des caméras similaires à celles utilisées par Google pour mettre en place son outil de visualisation des rues. Originale et amusante, l'application connaît déjà un franc succès (plus de 10.000 partages sur Facebook) et sera étendue dès le mois d'octobre, pour intégrer de nouvelles rues d'Onomichi. Et ce n'est sans doute qu'un début.


    2 commentaires
  • Sur le rebord devant notre balcon, il y avait le cadavre de cette bestiole ...

    Pour montrer la grosseur, j' ai mis un coton tige !


    1 commentaire
  • La rumeur, qui prenait de l’ampleur depuis le début de la semaine, était devenue une certitude au regard du faisceau d’indices concordant et malgré le secret remarquablement bien gardé pour un projet de cette ampleur.
     
    Un parc d’attraction d’un genre particulier va ouvrir, ce samedi, à à Weston-super-Mare., une station balnéaire de la côte ouest de l’Angleterre. Plusieurs artistes, dont le street artist Banksy, se sont réunis pour créer Dismaland, un Disneyland subversif !
    A l’entrée de ce "parc à thème familial inapproprié pour les enfants", comme le décrit Banksy, le service de sécurité vous demandera si vous ne cachez pas une licorne dans votre sac. Et une fois passés ces cerbères absurdes, "cela ressemble à un parc à thème fermé il y a dix ans", décrit un journaliste de la BBC.

    C’est après s’être introduit sur le site désaffecté au début de l’année que l'auteur de la fameuse petite fille au ballon a eu envie de travailler à Weston-super-Mare. Sur le site de Tropicana, une ancienne piscine à ciel ouvert vide depuis 15 ans, à l’époque "populaire pour les vacances pauvres", des artistes internationaux exposent une cinquantaine d’œuvres dans ce "parc de confusion" - un jeu de mot entre amusement park (parc d’attraction) et bemusement park (parc de confusion).

    Pour éviter les fuites, raconte la BBC, il a fallu dire aux habitants de la région qu’une grosse production hollywoodienne tournait dans les parages. "En fait, seules quatre personnes du conseil du comté savaient ce qui se passait vraiment", a expliqué Nigel Ashton, à la tête du comté de North Somerset.

    Chaque jour, 4 000 visiteurs auront accès au site, large espace en bord de plage connu sous le nom de « Tropicana », qui offrait jusqu’à il y a une quinzaine d’années une piscine en plein air.

    Cinquante-huit artistes participent à ce très attractif parc d’attractions, exposition hors norme dont le commissaire est Banksy lui-même. Parmi les grands noms, hormis Banksy : l’artiste contemporain Damien Hirst, également originaire de Bristol, ou encore l’artiste américain Mike Ross, dont la sculpture, dépassant depuis quelques jours des murs de Dismaland, avait déjà été identifiée. Créée à partir de deux camions de transport de pétrole, Big Rig Jig, sculpture en forme de S (de dollar), que les visiteurs peuvent escalader de l’intérieur, avait, en effet, été un des moments forts du festival d’art alternatif Burning Man, dans le désert du Nevada, en 2007. On notera qu’aucun artiste français ne figure parmi les participants.

    Dismaland, le Disneyland subversif de Banksy

    En rentrant dans le triste château de la Belle au bois dormant, les visiteurs découvriront une galerie d’art un peu plus classique, où exposent Banksy, bien sûr, mais aussi Damien Hirst, Jenny Holzer et Jimmy Cauty.
    Que les futurs visiteurs se rassurent, il sera aussi possible de faire de l’autotamponneuse avec la Grande faucheuse, de télécommander un petit bateau rempli de migrants ou encore de faire de la grande roue. Le tout pour seulement 3 livres sterling (4,20 euros). Mais il faudra se battre pour avoir un billet. La dernière exposition de Banksy au Royaume-Uni en 2009 avait été prise d’assaut par les curieux.

    Les réjouissances se prolongent sur scène, avec cinq dates de concert annoncées, en plus de soirées mises en musique par des DJ chaque samedi soir. Le duo de rappeurs américains Run the Jewels se produira le 5 septembre. Le 25 septembre, Massive Attack, fameux groupe bristolien, qui avait lancé le trip-hop dans les années 1990, partagera notamment l’affiche avec Pussy Riot, le groupe de punk russe et féministe que ses déboires avec Vladimir Poutine ont érigé en icône de la contestation.

    Une petite note en bas de la page d’accueil du site précise que bien que le parc soit ouvert à « toute la famille », « l’état du lieu, l’usage intensif de stroboscopes et l’imagerie des œuvres ne sont pas adaptés aux jeunes enfants ». Les seules choses « strictement interdites » sont « les bombes de peinture, les marqueurs, les couteaux et les avocats de Disneyland ».

                     
                   


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique