• La pompe à insuline : pour qui ?

     La pompe à insuline : pour qui ?

    Tous les patients diabétiques qui nécessitent une insulinothérapie multi-injections sont des patients qui ne peuvent pas être soignés sans l’aide de l’insuline.

    Ils sont dits

    - soit insulinodépendants (ils ne sécrètent plus du tout d’insuline)

    - soit insulinorequérants (ils sécrètent très peu d’insuline et ne peuvent pas être traités avec des médicaments oraux).

    Dans tous ces cas, le traitement par pompe peut être proposé !

    Le critère principal retenu pour indiquer un traitement par pompe est l’impossibilité d’obtenir un équilibre métabolique satisfaisant sous multi-injections sous-cutanées d’insuline ...

    Chaque cas est particulier… La pompe est un moyen de délivrer de l’insuline en continu à l’organisme, cette insuline est la même que celle qu’on trouve dans les stylos pour se faire des injections d’insuline rapide. Lorsque l’insuline est nécessaire, elle n’est quasiment jamais contre-indiquée.

    Toutefois, la pompe à insuline est un traitement spécifique qui ne convient pas à tous : des indications et contre-indications médicales ont été mises en évidence par des études.

    J.P. RivelineLe point avec Jean-Pierre Riveline, diabétologue au Centre Hospitalier Lariboisière

    Les indications

    Les patients qui justifient le traitement par pompe externe doivent remplir les critères suivants :

    1. être préalablement en programme intensifié, c’est-à-dire :

    • au moins 3, voire 4 ou 5 injections par jour, avec uniquement des analogues rapides et basals de l’insuline
    • au moins 3 auto-contrôles par jour avec carnet tenu régulièrement
    • au moins une consultation spécialisée tous les 3 mois depuis au moins 6 mois.

    2. l’équilibre glycémique sous ce traitement intensif doit être mauvais (et de façon documentée sur au moins 6 mois), c’est-à-dire :

    • hémoglobine glyquée > 7 %
    • Ou avec au moins 2 hypoglycémies « sévères » (besoin d’aide pour se resucrer ou coma) dans l’année et/ou au moins 4 hypoglycémies « modérées » par semaine
    • Ou avec un équilibre glycémique instable

    3. autre indication : un besoin de flexibilité car

    • soit les besoins en insuline sont très variables dans la journée
    • soit le mode de vie du patient nécessite une insulinothérapie flexible
    • en cas d’infections chroniques
    • en cas de neuropathies douloureuses
    • en cas d’intolérance aux injections.

    La décision de passage sous pompe doit être mûrie par le patient et l’équipe doit s’assurer de sa motivation.

    Les principales contre-indications

    •  Manque de motivation : lorsque la pompe est bien indiquée, il faut aussi que le patient la souhaite réellement après y avoir mûrement réfléchi. Une telle décision ne se prend pas en quelques jours.
    • L’existence de troubles psychiatriques graves pouvant rendre le maniement de la pompe ou le suivi médical difficile (un avis de psychologue est assez souvent demandé, avec l’accord du patient, bien sûr).
    • Une rétinopathie évolutive constitue une contre-indication temporaire le temps de stabiliser l’état ophtalmologique.

    Adieu Animas 2020 ... Bonjour Paradigme 754 !  Depuis septembre 2009 ( j' avais donc 51 ans ), j' ai ce joujou pour m' aider à régulariser mon diabète ! Pour ceux qui l' ignorent, c' est une pompe à insuline qui délivre, en continu, de l' insuline et remplace, ainsi, mon pancréas qui ne fonctionne plus du tout ... Cela remplace les injections !

    Il s'agit d'un petit appareil de la taille d'un téléphone portable, électrique (à piles), qu'il faut porter sur soi en continu. Il est relié à un cathéter sous-cutané, qui doit être changé régulièrement par le diabétique, et injecte de l'insuline rapide ou ultrarapide en continu, correspondant à l'insuline lente du schéma classique.

    Et il n' y a pas d' âge car j' ai vu un monsieur de 79 ans avec une pompe !!!!

    « Absente pour le moment ...Mon RDV en diabétologie ... »

  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Août 2014 à 00:18

    Merci pour ces explications complètes, je suppose que tu maîtrises parfaitement l'insulinothérapie fonctionnelle pour les repas.

    Petites questions smile

    Tu fais un bolus de combien pour un plat de pâtes sauce bolo.

    Est-ce que tu l'enlèves quand tu prends une douche ou quand tu vas nager ? Où est-ce cette pompe est étanche ?

    Est-ce que tu entends une sonnerie quand tu es en hypoglycémie nocturne,est-ce que le continu de l'insuline s'arrête que se passe t'il alors ?

    J'ai lu qu'on pouvait garder 3 jours le cathéter, est-ce que tu as déjà eu une infection dû à ce cathéter ?

    J'ai une amie infirmière d'éducation en diabétologie, elle porte une pompe, elle me dit souvent pourquoi tu n'en portes pas c'est tellement facile, je suis souvent étonnée qu'avec 2 à 3 u de rapide on puisse gérer son alimentation alors que moi si je mange un spaghettis bolo je suis obligée de m'injecter 6 à 8 u de rapide !

    Tu parles dans ton article de psychologue mais si tu désires cette pompe les craintes devraient s'estompées.

    Y-a-t'il des personnes qui ont porté une pompe et qui sont revenues au stylo ?

    Nadine

     

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :