• Manuel Valls au Medef : «J'aime l'entreprise»

    Manuel Valls au Medef : «J'aime l'entreprise»

    Manuel Valls  s'exprime à l'université d'été du Medef.

    «La France a besoin de ses entreprises (...) car ce sont les entreprises qui, en innovant, en risquant les capitaux de leurs actionnaires, en mobilisant leurs salariés, en répondant aux attentes de leurs clients créent de la valeur, génèrent de la richesse qui doit pofiter à tous. Et moi j'aime l'entreprise, j'aime l'entreprise !»

    "Il est absurde de parler de cadeaux fait aux patrons" dit manuel Valls.

    Manuel Valls déclare qu’il «ne doute pas du soutien de la majorité» de gauche à l’Assemblée nationale, qui sera «au rendez-vous des textes budgétaires et financiers», notamment dans la mise en œuvre du Pacte de responsabilité. «Cessons d’opposer systématiquement Etat et entreprises, d’opposer chefs d’entreprise et salariés, organisations patronales et syndicats [...] Notre pays crève de ces postures», soutient le Premier ministre.

    "La France vit au-dessus de ses moyens depuis 40 ans" dit manuel Valls. "Pas facile de faire des économies"

    "Vous devez faire plus et plus vite dans les négos de branche sur le pacte de responsabilité".

    Manuel Valls affirme au patronat que le rythme de réduction des déficits publics doit être «adapté». Sur la pacte de responsabilité, il demande aux patrons de faire «plus et plus vite». Le Premier ministre estime en outre que «l’Europe a plus que jamais besoin d’une entente forte et durable entre la France et l’Allemagne».

                       

     
    Manuel Valls pense qu’il incarne la gauche et que les Français apprécient son image d’autorité. "Les Français me créditent pour ma fermeté dans la méthode (…) Les Français savent que les résultats sont parfois long à obtenir mais ils valorisent l’action".
    Ah bon ? Les Français, malheureusement, regardent leur pouvoir d' achat et la courbe du chômage grimper ...

    Manuel Valls a prévenu mardi 26 août sur France 2 que les chiffres du chômage pour juillet 2014, que Pôle emploi dévoilera mercredi en fin d'après-midi, ne seront « pas bons ».

    « Ils ne peuvent pas être bons, ils seront même négatifs, avec le niveau de croissance que nous avons. »

    Le chômage devrait donc connaître un neuvième mois consécutif de hausse. En juin, il a atteint un énième record, avec 3,398 millions de demandeurs sans activité en métropole. Outre-mer et activité réduite incluses, le chiffre culmine à 5,34 millions de chômeurs.

    L'urgence pour le gouvernement est d'autant plus grande que la plupart des voyants économiques sont au rouge, à commencer par la croissance, nulle depuis deux trimestres. Le gouvernement a dû revoir ses prévisions à la baisse, à 0,5 % cette année contre 1 % initialement. Pour 2015, il ne s'attend pas à un chiffre « très supérieur » à 1 %. Or, pour beaucoup d'économistes, l'économie ne crée pas d'emplois en dessous de 1,5 % de croissance annuelle.

     Valls au Medef : «J'aime l'entreprise»

    Inutile de se préoccuper de savoir qui seront les cocus de l' histoire !

    « Souvenirs d’ Irlande Chômage en juillet : tout sauf une surprise ... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :