• Mise en examen de Jean-François Copé

    • Une enquête a été ouverte concernant le règlement par l'UMP de la sanction financière contre Nicolas Sarkozy liée au dépassement du plafond de dépenses de sa campagne présidentielle de 2012.
    • Il s'agit de la seconde mise en examen dans ce dossier, après celle en décembre de l'ex-trésorière de l'UMP Catherine Vautrin, également pour « abus de confiance ».

    Entendu par les juges financiers dans la matinée, l'ex-patron de l'UMP Jean-François Copé a été mis en examen mardi 3 février pour « abus de confiance » dans l'enquête sur le paiement par son parti des pénalités qui avaient été infligées à Nicolas Sarkozy après la présidentielle de 2012. Il s'agit de la seconde mise en examen dans ce dossier, après celle en décembre de l'ex-trésorière de l'UMP Catherine Vautrin, également pour « abus de confiance ».

    « M. Copé a pleinement assumé la prise en charge par l'UMP des conséquences financières de la décision du Conseil constitutionnel à la suite du Sarkothon, a déclaré Me Hervé Temime, l'un de ses défenseurs. Nous sommes en parfait désaccord avec les magistrats instructeurs [sur le fait] que le paiement de ces sommes constituerait un abus de confiance. » L'honnêteté de M. Copé, selon ses avocats, n'est « nullement » en cause malgré sa mise en examen.

    Le Conseil constitutionnel avait rejeté en 2012 les comptes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy pour « dépassement du plafond autorisé ». Conformément au code électoral, l'ancien candidat à la présidentielle s'était vu infliger, à titre personnel,  plus de 400 000 euros de pénalités. Une somme payée finalement à sa place par l'UMP, en novembre 2013, avec l'aval de Bercy pour l'encaissement du chèque.

    La prise en charge de ces pénalités avait notamment été décidée après un avis juridique favorable de Me Philippe Blanchetier, qui avait auparavant représenté Nicolas Sarkozy devant la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

    « Olympiades des métiers : une médaille d’or en Poitou-CharentesNicolas Sarkozy : le « ni-ni » est d'abord un déni ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :