• Mort du réalisateur Andrew McLaglen, spécialiste du western

    Il était «l'héritier spirituel de John Ford» écrit Jean Tulard dans son Dictionnaire du cinéma. Le réalisateur anglo-américain Andrew McLaglen est mort à 94 ans. L'homme à l'origine du film de guerre Les Oies sauvages , en 1978 ( avec Roger Moore et Richard Burton )

                          

    ou du Grand McLintock de 1963 est décédé à Friday Harbor, à Washington. Sa mort n'a été confirmée que récemment par la John Wayne Enterprises.

    Andrew V. McLaglen est né à Londres en 1920, mais a fait ses premiers pas à Hollywood dès son plus jeune âge, en accompagnant son père, le très populaire acteur Victor McLaglen, un ex-boxeur oscarisé pour son jeu d'acteur.

    Andrew McLaglen restera principalement dans l'histoire du cinéma pour ses westerns. Il tourne entre autres John Wayne et John Ford. C'est parmi ces hommes de génie qu'Andrew a grandi. Il avait grimpé les échelons rapidement, en tant qu'assistant de Ford, puis en tant que réalisateur indépendant. Il avait même fini par diriger les acteurs qui l'avaient formé, y compris son propre père.

    Man in the vault, son tout premier film, sort en 1956. Il s'agit d'un film noir de 73 minutes. De nombreuses œuvres cinématographiques se succèdent comme Les Prairies de l'honneur (1965) ou l'excellent Chisum en 1970 avec un impérial John Wayne. Ce solide western sans temps morts, contant un épisode véridique de l'histoire de l'Ouest mettant en scène John Chisum, Billy the Kid et Pat Garrett, l'aura propulsé vers la célébrité.

                           

    Les westerns et films de guerre étaient sa spécialité. Mais il s'était fait la main dans divers genres y compris la comédie et les séries télévisées, et dirigé de nombreux acteurs tels que Clint Eastwood dans Rawhide, Doris Day, Peter Graves, Brooke Shield et Dean Martin. Son dernier film était sorti en 1991: SAS: L'Œil de la veuve. Depuis qu'il avait pris sa retraite aux États-Unis sur les îles San Juan, il dirigeait des œuvres théâtrales pour les locaux.

                          

    Sur la page Facebook de l'association John Wayne, son ami depuis les années 1920, un chaleureux hommage lui est rendu. «Nous n'oublierons jamais l'agréable personnalité d'Andrew, son superbe sens de l'humour, sa gentillesse et son enthousiasme».

    « Légère confusion ...Un voyage étonnant »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 16:13

    ouah ! les oies sauvages bien aimé, et j'adore les western, john wayne; clint eastwood, mitchum etc... toujours aimé les western, bien que les oies sauvages ne soit pas un western mais j'ai aimé.

    a bientôt

    lyly

     

    2
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 16:23

    J'adore aussi les western 

    C'est ce que je regardais quand j'étais môme 

    Les oies sauvages j'ai dû le voir mais je ne m'en souviens plus !

    Nadine

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :