• Municipales 2014 : les 6 leçons du premier tour ...

    1 - Le taux d'abstention

    L'abstention a de nouveau progressé  pour atteindre un niveau jamais vu pour ce type d'élection. A une heure du matin lundi 24 mars, le taux d'abstention calculé par le ministère de l'Intérieur sur plus de 22,5 millions de bulletins dépouillés s'élevait en métropole à 38,62%. 

    Lors des précédentes élections municipales, en 2008, un an après la présidentielle qui avait vu la victoire de Nicolas Sarkozy, l'abstention avait déjà atteint un record historique, avec une participation de 66,54% au premier tour et de 65,20% au second tour. En 2001, cette participation avait été de 67,38% au premier tour, et de 66,05% au second tour. Depuis 1988, tous les scrutins, excepté la présidentielle, ont vu l'abstention progresser.

    2 - Les très bons résultats du Front national

    Il arrive en tête dans dix-sept communes de plus de 10 000 habitants et sept autres villes de moindre importance. Il sera présent dans 229 triangulaires. Un record. En 1995, année faste où le FN avait gagné trois villes, il y avait eu 116 triangulaires. Marine Le Pen  est en passe de gagner son pari : celui d' imposer son parti comme la troisième force sur l'échiquier politique et de l' implanter dans les territoires.

    Le FN s'offre même une victoire dès le premier tour à Hénin-Beaumont ( Pas-de-Calais ), dont Marine Le Pen a fait son fief. Dans cette cité minière de 26 000 habitants, Steeve Briois, secrétaire général du parti, implanté de longue date, a réuni un peu plus de 50 % des voix. Une victoire symbolique, donc.

    3 - De nombreuses triangulaires à prévoir pour le 2e tour

    Cent quatorze villes de plus de 30.000 habitants, sur 270, pourraient être le théâtre de triangulaires au second tour des élections municipales dimanche prochain, selon un comptage de l'AFP.

    Il s'agit, dans la grande majorité des cas, de villes où le Front national s'est qualifié pour le 2e tour (plus de 10% des suffrages exprimés), tout comme une liste de droite et une liste de gauche. C'est le cas à Carpentras (Vaucluse), où le candidat PS partira toutefois légèrement favori face à celui du FN (37,3% contre 34,4%).

    Dans cette liste figurent neuf arrondissements parisiens (IIIe, Ve, VIIe, VIIIe, Xe, XIe, XIIe, XVIIIe, XIXe), quatre secteurs de Marseille (1er, 3e, 5e, 7e) et trois arrondissements de Lyon (5e, 8e, 9e). Mais pas toujours à cause d'une qualification du FN.

    Le nombre et la liste de ces triangulaires ne seront connus que mardi soir après 18H00, date-limite prévue pour le dépôt des candidatures au 2e tour.

    4 - Ces villes qui basculent ou qui pourraient basculer à droite

    Les électeurs de droite se sont, dans l'ensemble, plus mobilisés, au premier tour, que ceux de gauche. Pour Jean-François Copé, le patron de l'UMP, le principal parti de droite est "en train de renaître après deux années difficiles". "On a beaucoup travaillé pour cette renaissance", a-t-il ajouté.

    La ville de Niort bascule ainsi à droite après près de 60 ans à gauche. A Saint-Etienne, Gaël Perdriau, le candidat UMP-UDI-MoDem, devance avec 36,74% des voix le maire sortant, Maurice Vincent (PS-PCF-PRG, 31,34%), et le FN Gabriel de Peyrecave (18,3%).

    A Angers, l'espoir UMP Christophe Béchu a atteint 35,91% et reste en course pour reprendre la ville à la gauche qui la tient depuis 1977.

    A Marseille, le maire sortant Jean-Claude Gaudin (UMP) réalise sur l'ensemble de la ville 37,64%, loin devant son adversaire socialiste Patrick Mennucci (20,77%) qui arrive même derrière le candidat FN Stéphane Ravier (23,16%). L'abstention atteint 46,47% !

     A Toulouse Jean-Luc Moudenc (UMP-UDI-MoDem) devance le maire PS sortant Pierre Cohen.

    A Strasbourg, La candidate UMP Fabienne Keller arrive légèrement en tête, devant le maire PS sortant Roland Ries, avec un FN en mesure de se maintenir au second tour (10,94% des voix).

    5 - Les quelques bons résultats de la gauche...

    Ce premier tour des élections municipales est un véritable désaveu pour l'exécutif. Pour limiter les dégâts au second tour, la gauche devra donc bénéficier d'un sursaut des abstentionnistes en sa faveur.

    Lille, Metz, Bourges, Besançon, Lyon, Villeurbanne ... ????

    A rebours de la tendance nationale, la gauche consolide son ancrage à Bourg-en-Bresse, où le trésorier national du PS, Jean-François Debat, est réélu dès le premier tour avec 50,64% des suffrages face au député UMP Xavier Breton.

    6 - Europe Ecologie-Les Verts reprend des couleurs

    Europe Écologie-Les Verts nourrit des "sentiments contrastés" entre ses "bons résultats", de nombreuses listes autonomes dépassant les 10%, et une "grande préoccupation" face à l'abstention et au "niveau très élevé de l'extrême droite".

    Deux ans après le score très décevant de 2,31% réalisé par Eva Joly à l'élection présidentielle, "il y a un retour de l'écologie", s'est félicitée la secrétaire nationale d'EELV, Emmanuelle Cosse.

    "On est dans un étiage supérieur à nos scores de 2008 mais sans atteindre tout à fait ceux de 2001", a renchéri le secrétaire national adjoint chargé des élections, David Cormand.

    Les écologistes devraient donc profiter des municipales pour reprendre des couleurs, à l'image du cru 2008 qualifié à l'époque de "petite renaissance" après une présidentielle 2007 encore plus difficile (1,57%).

    A Paris, Ils sont parvenus à un accord avec le PS qui donne 18 conseillers à EELV, contre 9 actuellement. 

     

    « Triangulaires, quadrangulaires, voire pentagulaires, tout ça pour tourner en rond …Les municipales 2014 dans ma future ville ... Cissé »

  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Mars 2014 à 17:50

    Hé bien ici je revote dimanche prochain et je croise fort les doigts !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :