• Nancy Jazz Pulsations 2013

    C’est donc à la Caisse d’Eparge de la place Dombasle qu’a eu lieu, comme toujours, le lancement du Festival Nancy Jazz Pulsations, quarantième du nom. Pourquoi l’Ecureuil ? Parce qu’il fut le premier à apporter ses noisettes, étant le premier partenaire historique privé de la manifestation. Rejoint par bien d’autres qui ont même leur club maintenant sous le chapiteau…

    Mais outre ces mécènes, les principaux sont l’Etat et les collectivités territoriales. Le premier, en ces temps de disette, comme l’a noté Claude Jean Antoine, n’a pas lâché ce festival éminemment démocratique malgré la disette ambiante, car NJP n’oublie personne parmi les publics possibles, et parfois difficilement imaginables. Quant aux collectivités que sont Région, Département, Ville et Cugn, elles ont toutes fait un effort exceptionnel pour qu’on se souvienne de ce millésime. La Région, comme l’a rappelé le vice-président Jean-Pierre Moinaux aide aux concerts décentralisés. Le Département, remarque la vice-présidente Nicole Creusot a fait revivre dans une soirée exceptionnelle la série Treme se passant au moment du cyclone qui a dévasté la Nouvelle-Orléans. On y trouve d’ailleurs un personnage qui était hier soir en chair et en os et devant son piano : le pianiste Tom Mac Dermott, natif de Saint-Louis, mais depuis trente ans à New Orleans, et disciple de ce style qui est la marque de ce 40e NJP. « J’aime le ragtime et le rythm and blues de la Nouvelle-Orléans », expliquait-il hier soir, alors qu’il ponctuait les discours des personnalités par quelques accords de standards anciens. Des personnalités ? Assez peu cette année, les ténors étant en vadrouille. Laurent Hénart et André Rossinot étaient en Israël et Mathieu Klein également en déplacement. De sorte que Jocelyne Rebout, déléguée à la Culture s’est acquittée du discours de ses pairs en expliquant que la municipalité s’était mobilisée de son côté pour que la parade de samedi, de la porte de la Craffe à la place Charles-III, soit un succès. On n’a pas entendu la Cugn, mais son effort a consisté cette année à étendre davantage encore le réseau des Quartiers Musiques avec, cette année, un tapis magique qui fait de la musique, inventé par les jeunes de Vandœuvre, Malzéville, Laxou, etc.

    Jocelyne a en tout cas été la seule à sortir les chiffres. Résumant ces années de festival, elle a rappelé ce qu’elles représentaient : « Cinq mille concerts, trois millions de spectateurs, six mille bénévoles en quarante ans »

    Elle était la dernière de ces dames, la première ayant été la représentante de l’Ecureuil, Valérie Raynaud, membre du directoire.

    Pour son 40ème anniversaire, Nancy Jazz Pulsations met le cap sur la Nouvelle-Orléans pour un retour aux origines. Celles du jazz, bien sûr, à travers une plongée dans l’ambiance festive et chaude de la Louisiane et du Mississipi, berceau d’artistes emblématiques d’un courant musical toujours aussi vivant et vibrant aujourd’hui. C’est aussi un retour aux premières années du festival, avec une programmation renforcée cette année sur le jazz, la soul, la funk et le blues, sans oublier les musiques actuelles.

    Toutes les infos sur le festival : www.nancyjazzpulsations.com/

    « Les après-midi se suivent mais ne se ressemblent pas ...Si l’hiver est rigoureux, le black-out menace la France. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Octobre 2013 à 14:40

    Bonjour Annick .

    J'espère que tu vas bien en ce jeudi apres midi .

    Chez nous le temps est à la pluie et peut être que ça va faire pousser les champignons .

    Je te souhaite une bonne journée .

    Bisou .

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :