• Nancy, tel que vous ne la verrez pas souvent !

    Nancy, tel que vous ne la verrez pas souvent !

    Son clip a fait fureur sur les réseaux sociaux. Il a été tourné à Nancy le 30 janvier par un temps froid et sec depuis un « drone » équipé d’une caméra GoPro. Et aussitôt mis en ligne sur un compte « Vimeo ». L’objet prend son envol successivement place Saint-Epvre, place Stanislas et à la Pépinière. Les vues sont à couper le souffle : on a l’impression de toucher la flèche de l’église et les gargouilles du Musée lorrain, on passe sous la porte Héré, on rase la façade de l’hôtel de ville. Magique.

    Nans Thomas, tout juste 18 ans, ne se doute pas du fabuleux destin que sa réalisation va connaître dans les heures qui suivent. Son compte Vimeo affiche plus de 5.000 vues à la fin de la journée. Son film est partagé sur les réseaux sociaux, repris par des blogueurs, diffusé sur Youtube… A ce jour, il aurait été vu plus de 400.000 fois d’après les gendarmes. Ce lycéen de Saint-Sigisbert qui a monté sa boîte de com l’an dernier, (ce qui lui avait valu le surnom d’« adoentrepreneur » et un article dans nos colonnes) est donc sur un nuage. Mais depuis, le ciel lui est tombé sur la tête.

    Il a d’abord reçu une lettre de la Direction régionale de l’aviation civile lui rappelant les textes récents qui réglementent l’usage de ces drones. Et qui imposent une habilitation de l’aviation civile ainsi qu’une « dérogation de survol » valable un an délivrée par la préfecture. Le courrier de mise en demeure l’invite simplement à se mettre en règle. Mais lundi, il reçoit un coup de fil des gendarmes qui veulent « l’entendre » rapidement à propos de son film. Il est ressorti de la gendarmerie de Nancy hier matin avec une convocation devant le tribunal correctionnel pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Le jeune homme, sous le choc, plaide la bonne foi : « Je ne savais pas qu’il fallait des autorisations. On ne m’a d’ailleurs donné aucune indication quand j’ai acheté le drone sur internet ». Nans Thomas a retiré le film de son compte et attend sa comparution dans l’angoisse. L’encadrement juridique se justifie pour au moins deux raisons : « Si l’appareil se crashe dans une zone densément peuplée, les conséquences peuvent être dramatiques », explique-t-on au parquet de Nancy. « L’utilisation de ces drones pose aussi la question du respect de la vie privée ».

    Les poursuites seraient rarissimes mais les choses pourraient changer : les drones comptent parmi les objets qui ont été les plus vendus à Noël. Pas sûr que tous les propriétaires aient entendu parler de l’arrêté du 11 avril 2012 relatif aux «aéronefs télépilotés».

    « Comme notre planète est somptueuse ...Dictons de la Saint Valentin ... »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 14 Février 2014 à 08:07

    Je crois que l'auteur de cette vidéo va avoir quelques ennuis, il semblerait qu'il n'avait pas les autorisations ni les qualifications requises pour survoler Nancy avec un drone, il aurait fait ces images au mépris des règles de sécurité, 

    amicalement

    Claude

    2
    Vendredi 14 Février 2014 à 08:15

    Bonjour Annick .

    J'espère que tu vas bien .

    306857472717kwwKQLwg

    Bisous de nous deux .

    3
    Vendredi 14 Février 2014 à 10:27

    La France était autrefois un pays de liberté.....mais ça c'était avant !

    Bonne journée

    @+  Robert

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Samedi 15 Février 2014 à 09:18

    qu'a t'il fait de mal  ? je trouve que son reportage est très beau..et ce n'est pas un espion que je sache .Un accident ? oui le drone aurais pu tomber ...j'espère en tous cas qu'il n'aura pas d'ennui

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :