• Nicolas Sarkozy : " chassez le naturel, il revient au galop ! "

    Quand, avec tambours et trompettes, Nicolas Sarkozy publia son nouveau livre - La France pour la vie -, il multiplia promesses et engagements personnels. Tirant les leçons, prétendit-il à de nombreuses reprises, les leçons intimes du quinquennat, il se re-présentait aux Français "changé" et "mûri". Plus de petites phrases. Terminé les similis insultes reprises en boucle et avec délice sur les réseaux sociaux. 

    Nicolas Sarkozy n'aura tenu que trois mois, un trimestre et puis...

    Et puis, le déchaînement, à nouveau. "L'accident" se sera produit à Nice, A l’occasion d'un meeting en plein air. Chaleur des militants, ivresse de l'orateur. Sarkozy s'en prend aux militants de "Nuit debout". Pourquoi pas... S'il avait dénoncé leur gauchisme sénile, nous aurions même pu ... l'approuver... Si l'ex-président avait relevé l'inanité de leurs propositions, la vacuité idéologique et historique des discours pseudo-politiques entendus place de la République, il aurait même fait œuvre utile de pédagogie. Rien de tout cela, le goût et le sens retrouvés de ... l'insulte : "Nous ne pouvons plus accepter que des gens QUI N'ONT RIEN DANS LE CERVEAU viennent donner des leçons à la démocratie française". Curieuse perception, précisément, de la démocratie.

    En démocratie, même les "crétins" ont le droit de s'exprimer, de parler, d'émettre des stupidités, de manifester, d'occuper un lieu public...

    En démocratie, qui détermine le niveau d'intelligence, de compétence, de l'adversaire, de l'opposant, du concurrent ? En quoi et pourquoi Nicolas Sarkozy disposerait-il de la moindre légitimité pour s'arroger ce rôle ? Un sage, le chef de LR ? Certainement pas. Un aboyeur enchanté de retrouver sa fonction et son rôle de prédilection.

    Certes Nicolas Sarkozy a un besoin impérieux de se démarquer, de respirer et de faire respirer à nouveau. Pour lui, c'est un impératif. Pour autant, se démarquer, ce n'est pas copier, ce n'est pas reprendre les mots et les idées des autres, et de l'extrême-droite en particulier. Il est indispensable de relire avec attention ce discours de Nice - prononcé dans l'improvisation et sans note : Marine Le Pen aurait pu tenir les mêmes propos, à la virgule près, même si Nicolas Sarkosy est plus gouailleur que la présidente du Front National.

    A gauche, comme à droite, ces propos ne sont pas passés inaperçus. L’attaque agace particulièrement Olivier Falorni, le député PS de la Charente-Maritime. Pour lui, la déclaration de Nicolas Sarkozy est électoraliste et sans fondement : « Je crois que c’est de la provocation assez inutile. Moi, vous savez, j’ai eu l’occasion d’entendre des débats de "Nuit debout". Ce sont des débats intéressants, qui sont tout sauf crétins, avec des gens qui ont des choses à dire. Après la question qu’on peut se poser, c’est : est-ce que ces débats sont utiles ? A quoi vont-ils aboutir ? Mais dire que ce sont des gens sans cervelle et qu’ils remettent en cause la démocratie, c’est totalement faux. »

    Le député de gauche reconnaît néanmoins qu'il faudra « peut-être demander aux organisateurs d’assurer un service d’ordre » afin d'empêcher les casseurs d'agir.

    A droite, en revanche, on tente de minimiser l'attaque. Interrogé par RFI, le député de le Drôme et candidat à la primaire de la droite et du centre, Hervé Mariton, nuance les propos du patron de sa formation tout en se démarquant : « Je n’ai pas beaucoup d’atomes crochus avec les personnes qui occupent la place de la République, mais pour autant c’est important dans le débat public de respecter les gens quels qu’ils soient. Et moi, en tout cas, il ne me viendrait pas à l’idée de dire que les gens sont sans cervelle. »

    Et le député de lier le sort du mouvement à l'activité commerciale du quartier : « Il faudrait regarder exactement ce que sont les conséquences aujourd’hui pour les commerces, ces activités qu’il y a autour de la place de la République. S’il n’y a pas de conséquences négatives significatives, tout ça peut encore durer un peu de temps, le temps que ça disparaisse de soi-même. Si ça a des conséquences graves, il faut en effet libérer la place. »

    Nicolas Sarkozy : " chassez le naturel, il revient au galop ! " 

    Nuit debout «n'ont rien dans le cerveau» : 9 tweets qui répondent à Sarkozy

    https://www.zamanfrance.fr/article/nuit-debout-nont-rien-dans-cerveau-9-tweets-qui-repondent-a-sarkozy-21264.html

     

    « Cuba, à l' honneur, à la Foire Internationale de NancyCela avance ... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :