• Une page froissée, au fond de la corbeille,
    quelques mots arrachés à la plume hésitante,
    papier chiffonné, où syllabes sommeillent,
    des lignes, des pensées un peu déroutantes.

    Etaient-ils mots d'amour ou bien mots de haine ?
    Les larmes ont dû couler sur ce bout de papier,
    où maints sillons tracés viennent et s'enchaînent,
    sous l'encre effacée de la page chiffonnée.

    Au fond de la corbeille, une boule froissée,
    triturée, fripée, par une main fébrile,
    des lignes, des pensées, n'ayant pu s'envoler,
    au fond de la corbeille, un écrit inutile.

    Au fond de la corbeille, des larmes déposées,
    un coeur qui a pleuré, sur la page froissée.

    ©Paula G. 2015

    La page froissée

    Paula qui est devenue Paula Plume Vagabonde ...

    https://www.facebook.com/paula.gal1?fref=photo


    2 commentaires
  • Ils étaient des millions
    Enchaînés sans illusion,
    On leur a pris leur vie,
    Ils ont poussé des cris.

    Ils sont nés esclaves,
    Ils sont morts esclaves,
    Des chaînes pour entraves
    Avec au cœur la rage.

    Ils s’appelaient Spartacus ou Tom …
    Ils ont été dominés par l’homme.
    Main d’œuvre bon marché
    C’est pouvoir en user.

    Les humanistes croyaient en leur liberté,
    L’esclavage est toujours d’actualité,
    2015 les chaînes existent encore
    Elles sont justes invisibles au-dehors.

    Marie FUNCK

    D' autres textes sur son site que je vous invite à visiter :

    http://laplumedemarie.artblog.fr/


    1 commentaire
  • La vie, c'est comme une graine
    qu'on sème délicatement.

    La vie, c'est comme une graine

    Un matin une petite fleur voit le jour.
    Et on doit s'en occuper avec amour
    pour qu'elle puisse s'épanouir,
    nous charmer et nous éblouir.
    Certains jours, il fait moins beau.
    Elle penche la tête et fait le gros dos.
    Elle replie ses pétales pour les protéger,
    cachant son cœur et ses pensées.
    Attendant le retour du beau temps,
    guettant la fuite des nuages dans le firmament.
    Un rayon de soleil lui sourit
    et la voilà revenue à la vie.
    Relevant la tête droit vers le ciel
    redressant ses pétales,
    embaumant l'air autour d'elle.
    Elle se dit que tout est tellement beau
    et quelle chance
    elle a de pouvoir regarder si haut.
    La petite fleur comprend ce jour-là
    que la vie a des hauts et des bas.
    Qu'on ne doit jamais se décourager,
    garder le moral jusqu'à
    ce que l'orage soit passé.
    Le soleil revient toujours comme un ami.
    Nous consoler,
    nous faire comprendre
    comme c'est beau la vie.

    Chacun a une petite fleur en son cœur,
    qui ne demande qu'un peu de bonheur.
    On a tous besoin de soleil et d'amour
    pour s'épanouir et traverser les mauvais jours.
     

    Auteur inconnu

    La vie, c'est comme une graine


    votre commentaire
  • Le tout dernier écrit de mon amie Paula que vous connaissez déjà si vous êtes un habitué de mon blog ...

    Dans l'écrin d'un coeur ...

    Le coeur est un écrin où pensées sont enfouies
    et posséder la clé de ses tiroirs secrets,
    c'est ouvrir la porte sur des instants de vie,
    semblables à un trésor, sur un coussin douillet.

    Il contient parfois des blessures, des fêlures,
    faut-il douleur profonde pour attendrir vos coeurs ?
    tels les bleus de l'âme comme des meurtrissures ?
    Il vaut mieux cependant, vous conter le bonheur.

    Ne plus parler de l'hiver et de ses rigueurs,
    vous souffler un peu quelques idées volages,
    simplement partager un instant de chaleur,
    voir fleurir des sourires sur vos visages,

    Comme un coeur en hiver a toutes ses langueurs,
    ne donnons pas au temps des idées moroses,
    rêvons à une saison de joies et de douceurs,
    empruntons un chemin où fleuriront les roses.

    ©Paula G. 2014

    http://lesmotsdepaula.eklablog.com/

    Dans l'écrin d'un coeur ...

    A gauche : Ecrin du coeur d’Anne de Bretagne – Vers 1514 – Musée Dobrée © Chantal Hémon, Musée Dobrée et sites patrimoniaux, Grand patrimoine de Loire-Atlantique A droite : Anne de Bretagne priant – Jean Bourdichon © BNF

     


    2 commentaires
  • Que sont devenus nos Noëls d'antan ?

    Où sont passés ces Noëls d'antan
    Que nous trouvions merveilleux avant !
    Où est la vraie valeur de Noël
    Où nous allions à la messe de minuit,
    Où l'on chantait les chants sacrés
    De la nativité du Christ aimé ?

    Où sont ces Noëls étoilés
    Où devant nos yeux émerveillés
    Sous le sapin illuminé
    Quelques cadeaux nous étaient destinés
    Et qu'alors on appréciait ?

    Où sont ces Noëls familiaux ?
    Où l'on se retrouvait radieux
    Autour d'une table bien garnie,
    Entourés de bonne compagnie
    Entre rires et bons mots,
    Sans faire de chichis.

    Quand on voit les Noëls de maintenant,
    Où sont les valeurs que nos parents
    Nous avaient enseignées patiemment ?
    Quand on voit ce qu'ils sont devenus
    Ce n'est vraiment que du superflu.

    Je sais qu'il faut vivre avec son temps,
    C'est là que l'on voudrait redevenir un enfant
    Il y a de ça cinquante ans !

    Que sont devenus nos Noëls d'antan ?


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique