•  Le Festival de Confolens fait danser les cinq continents

    Du 12 au 17 août, le Festival de danses et musiques du monde prend ses quartiers pour la 57ème fois à Confolens, aux portes de la Vienne. Une belle occasion de voir s'animer le folklore international, dans des prestations plus originales les unes que les autres.

                           

    Source :

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/08/13/VIDEO.-Le-Festival-de-Confolens-fait-danser-les-cinq-continents-2013175

    Pour info :

    Confolens est l'une des deux sous-préfectures du département de la Charente. Elle est située au nord-est du département, et elle est la capitale de la Charente limousine.

    Édifiée de part et d'autre de la Vienne, la ville de Confolens est située à 65 km d'Angoulême, 55 km de Limoges et 70 km de Poitiers, les trois grandes villes régionales voisines.


    2 commentaires
  • Un moulin à marée est un moulin à eau qui utilise le phénomène des marées pour fonctionner.

    Les moulins à marée sont généralement situés dans les estuaires, suffisamment protégés des vagues mais assez proches de l'océan pour obtenir une amplitude de marée raisonnable.

    Fonctionnement :

    Un moulin à marée est constitué d'une digue comportant des vannes à sens unique. La digue isole une petite baie appropriée, ou une partie d'un estuaire, afin de former derrière elle un bassin de retenue.

    À marée montante, la mer remplit le bassin. Lorsque la marée recommence à descendre, les vannes se ferment et empêchent le bassin de se vider. À marée descendante, quand la différence entre le niveau du bassin et de la mer est suffisamment important, les vannes sont ouvertes : l'eau du bassin se déverse alors dans la mer en actionnant la roue du moulin.

    Moulin à marée de LoixCompte tenu de son mode de fonctionnement, le moulin à marée ne peut fonctionner que durant une partie de la journée, lorsque le niveau de la mer est plus bas que celui du bassin (par exemple 6 heures toutes les 12 heures pour le moulin à marée du Birlot, situé sur l'île de Bréhat, en Bretagne ). Cette durée est plus courte lorsque le coefficient de marée est faible.

    Contrairement aux autres types de moulins, l'énergie produite par le moulin à marée ne dépend pas de phénomènes météorologiques (vent, précipitations). En revanche, le moulin à marée nécessite des investissements plus importants que ses homologues (construction d'une digue).

    Les sites favorables à la construction d'un moulin à marée sont limités : le lieu de construction doit être à la fois situé en bord de mer, à l'abri des vagues et permettre la réalisation d'un bassin de retenue suffisamment important.

    Moulin à marée de Loix

    Le moulin à marée de Loix est  le dernier représentant des sept moulins à marée que l'île de Ré possédait au XVIIIe siècle. Propriété de l'abbaye de Saint Michel de l'Herm puis du collège Mazarin, il est mis en fermage après la Révolution. Moulin à farine, il faisait (fait toujours) office de "chasse d'eau" pour entretenir la profondeur du chenal menant au port. En 1842, il est transformé en laverie de sel, production alors très importante au XIXe siècle.

    Au XVII ème siècle, ce moulin avait pour vocation première le « moulange » de la farine. Le bâtiment servait également au passage entre « l'Isle de Loye » et La Couarde.

    Le moulin permettait aussi l'entretien du chenal : la réserve d'eau de mer qui se constitue à marée montante est retenue. Ainsi, à marée basse, la force du courant nettoie le chenal d'accès au port. Ce principe est encore utilisé aujourd'hui pour « chasser » la vase du port.

    Début XIX ème, la production de sel était très importante et son transport se développe faisant de LOIX un port important. De gros bateaux venant de toute la côte atlantique et même du Canada faisait escale à LOIX pour charger le précieux « or blanc ». A cette époque, le moulin était utilisé pour laver le sel.

    Moulin à marée de Loix

    Autour de la place du port, tous les édifices étaient liés au commerce du sel : le pont bascule qui permettait la pesée des charrettes au centre (on aperçoit encore les trace), les résidences des fonctionnaires de l'état tel que les douaniers et surtout l'usine à sel (grand bâtiment clos de hauts murs sur votre droite) qui possédait une très haute cheminée.

    Le moulin à marée est aujourd'hui propriété privée et ne se visite pas.

    Site officiel de Loix : http://www.loix.fr/

     

     


    1 commentaire
  •  

    La mirabelle est le fruit du mirabellier ( variété de prunier ) est à la Lorraine ce que l’olivier est à la Provence ...
    C'est en Lorraine qu'est cultivée 70% de la production mondiale de mirabelles et 85% de la production française.

    http://oasisdepaix.eklablog.com/a-propos-de-la-mirabelle-a86339511

    Et bien, à Cissé, il y a aussi des mirabelliers ...

    Un de mes voisins nous a, fort gentiment, donné quelques fruits dorés, de son jardin ...

    Moins grosses et moins parfumées, elles sont, cependant excellentes !

                                 Là, le soleil leur donne une toute autre couleur !   


    2 commentaires

  • Vous pouvez admirer cet imposant rond-point, situé en Charente-Maritime, à L'EGUILLE SUR SEUDRE. à la sortie de ce village de pêcheurs ( sur l'estuaire de la Seudre, entre Royan en Rochefort en Mer ).
     
    L'huître géante (2, 40 m) et les mains qui l'ouvrent nous rappellent que nous sommes au pays de ce fruit de mer connu, l'huître de Marennes-Oléron.
     
    Mais, n' oublions que nous sommes, aussi, aux pays des cagouilles  ...
     
                  

    Même Ronsard a droit a son rond-point à Surgères ...

    En Mars 2007, Métropolis consacre un numéro spécial aux ronds-points.
    Olivier François revient sur l'enjeu artistique, urbanistique, historique, politique, voire citoyen du rond-point.
    Avec Jean-Luc Plé, créateur de ronds-points.

    Pour en voir plus :

    https://www.facebook.com/pages/Sculptures-Pl%C3%A9-cr%C3%A9ateur-de-ronds-points/58247289303


    1 commentaire
  • De ces 3 tours du château de Poitiers, sur le livre d' heures " Les Très Riches Heures du duc de Berry ", ne subsiste que ceci :

    la tour du Cordier ou " Porte de Paris " !

    L'ensemble de cette ancienne enceinte dont elle fait partie a été classé monument historique par arrêté du 11 janvier 1921

     Poitiers : la Tour Cordier ou la " Porte de Paris "

    Mais si les Poitevins continuent à parler de la Porte de Paris, son nom officiel est place Jean-de-Berry !

    C’est en mai 1955 que sont entrepris les fameux travaux du nouveau pont : 35 mètres contre à peine 10 mètres auparavant. Cet élargissement n’est livré à la circulation qu’à Pâques 1957 et c’est toujours celui que l’on connaît de nos jours. De ce fait, la RN 10 change de visage : on passe sur cette place devant de vastes entrepôts, 4 stations-service et un garage modèle !

    De nos jours, c’est souvent un handicap d’y circuler à certains horaires (40.000 véhicules par jour), mais heureusement le transit par Poitiers ne passe plus obligatoirement, comme auparavant par la gare depuis l’avènement de l’autoroute…

    J' y suis passée, il n' y a pas longtemps et le taxi a dit que c' était habituel ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique