•                              

    Les 6 et 7 décembre, aux côtés de Patrick Bruel, le parrain du Téléthon 2013, 5 familles incarneront le combat de l’AFM-Téléthon. Sandrine, Luke, Vanessa, Emmanuelle et Géraldine et leurs enfants vivent aux quatre coins de la France. Malgré des situations familiales et des histoires différentes, ils ont en commun l’essentiel : le combat contre la maladie qui a frappé leur enfant.

    Sandrine élève seule au quotidien ses deux filles de 6 et 4 ans. L’aînée, Emma, est atteinte de laminopathie. Dans son combat, Sandrine peut compter sur Annie, la maman du papa de ses filles. « Nous avons chacune notre façon de gérer la maladie, Annie, ma maman et moi-même. Mais je peux compter sur elles à chaque instant. »

    Luke et Vanessa se battent depuis trois ans contre l’amyotrophie spinale qui paralyse la vie de leur fils Thibault, 5 ans. « C’est un petit garçon heureux de vivre, joyeux, en mouvement intellectuel permanent et ça nous motive à chaque minute. On ne se pose pas la question de savoir si cette situation est difficile à vivre. On est tous les trois un petit peu atteints par la maladie et on essaie de lutter ensemble ».

    Des parents déterminés

    Vanessa est la maman de Lucas, 6 ans, atteint de dystrophie musculaire d’Emery-Dreifuss. Dans sa famille, il n’est pas le seul à combattre la maladie. Sept autres membres en sont affectés. «Parfois, Lucas pète le feu, il y a des jours où on oublie la maladie puis il y a des jours où il a de grosses douleurs. Quand je le vois heureux et battant ça donne l’envie de se battre. C’est la recherche qui me donne de l’espoir, énormément. On se bat, on va se battre, et je pense qu’on y arrivera».

    Emmanuelle est la mère de Gwenaël, 14 ans, est atteinte d’une myopathie mitochondriale, une myopathie qui affecte les unités de production d’énergie que l’on retrouve dans toutes les cellules de l’organisme. Ses forces vives s’épuisent très rapidement, l’obligeant à de longues phases de repos pour préserver ses 12 à 15 heures d’activité hebdomadaire. « Mon espoir c’est Gwenaël… Elle a une telle force en elle. C’est très paradoxal car si elle n’a pas d’énergie du fait de sa maladie, elle a une énorme énergie psychologique ».

    Géraldine est une maman déterminée. Ne pouvant pas avoir d’enfant, elle a décidé avecson mari d’aller jusqu’en Thaïlande pour adopter leur petit garçon : Lee, 8 ans. A leur retour, la thalassémie, déclarée comme mineure en Thaïlande, s’est avérée être majeure. Un soir de septembre 2010, la vie de Géraldine bascule de nouveau : « Un reportage évoquait une première mondiale où un jeune garçon, lui aussi d’origine thaïlandaise et lui aussi atteint de thalassémie majeure, avait retrouvé une vie normale grâce à la thérapie génique. Ce soir-là, ma vie a changé. Pour moi, la thérapie génique va guérir mon fils, j’en suis convaincue ».

    La mobilisation de France Télévisions, la participation de Johnny Hallyday, l’engagement de Franck Dubosc n’y ont rien fait, en 2012, le compteur s’est bloqué sur 81 millions d’euros de promesses de dons.

    Pour mémoire : le Téléthon 2011 avait enregistré un total de 86.119.425 euros ...

    Selon Laurence Tiennot-Herment, la présidente de l’Association française contre les myopathies (AFM), même si l’enveloppe finale reste conséquente, le Téléthon 2012 a, lui aussi, souffert de la crise ... Mais, il serait, peut-être bon de se poser la question de savoir si c' est la seule raison ? {#}

    Si vous souhaitez faire un don : https://don.telethon.fr/


    1 commentaire
  • AUJOURD'HUI TOUT LE MONDE DEVRAIT FAIRE PASSER CE MESSAGE !!! UNE TRÈS GROSSE PENSÉE... À TOUS LES SANS ABRI, À TOUS CEUX QUI SONT DANS LE FROID GLACIAL ET QUI N'ONT RIEN À MANGER, AUX PERSONNES MALADES, À CELLES QUI SONT SEULES, À CEUX QUI ...SONT DANS LA DÉTRESSE, LA DOULEUR, LA TRISTESSE..., CELA EST TRÈS IMPORTANT, AUSSI CE SOIR TOUT LE MONDE DEVRAIT... FAIRE... PASSER CE MESSAGE MERCI À VOUS !!! RESPECT... À TOUS CEUX QUI VOUDRONT BIEN METTRE SUR LEUR BLOG CETTE FORTE PENSÉE. . .


    1 commentaire
  • Les Banques Alimentaires font appel à la générosité de tous pour récolter des denrées destinées aux personnes en situations précaires. Les consommateurs et les bénévoles sont invités à ce rendez-vous solidaire le dernier weekend de novembre.

    C’est bientôt le début de l’hiver, le temps des premiers flocons et des opérations solidaires à l'approche du grand froid. Les Restos du Coeur ouvraient hier,et aujourd' hui, ce sont les Banques Alimentaires qui font appel aux dons.

    Le 29 et le 30 novembre, vous êtes invités à partager deux heures de votre journée avec les gilets oranges afin de récolter des denrées non périssables (conserves, huile, thé ou encore café). Les denrées obtenues dans votre région seront redistribuées localement aux personnes bénéficiant de l’aide alimentaire.

    Vous pouvez également participez en offrant une petite part de vos courses.

    Depuis 29 ans, les 98 Banques Alimentaires travaillent chaque jour aider les personnes démunies. La collecte de fin novembre est l’unique occasion pour le grand public de participer à ce combat. En 2012, on comptait 124 000 bénévoles, 12 500 tonnes de denrées ont été récoltées, ce qui correspond à 25 000 repas distribués. On comptait 820 000 personnes accueillis par les associations partenaires des Banques Alimentaires en 2012. Cela a augmenté de 10% par rapport à l’année précédente. Les familles, les jeunes, les travailleurs pauvres et les retraités sont toujours plus nombreux à avoir besoin d’aide. La mobilisation de chacun est nécessaire.

    Et comme pour mon précédent article :

    http://oasisdepaix.eklablog.com/les-restos-du-coeur-campagne-d-hiver-2013-2014-a103355739

    je demande d' éviter les commentaires péjoratifs sur cet article et son objet ! Sur mon blog précédent, j' avais supprimé toutes les saloperies qui avaient mises sous mon article ... Un peu de respect, SVP !   


    1 commentaire
  • "J'ai une petite idée, comme ça. Si des fois, y'a des marques qui m'entendent : je ferai un peu de pub tous les jours. Si y'a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser une cantine gratuite, qu'on pourrait commencer par faire à Paris, puis qu'on étalerait dans les grandes villes de France. Nous, on est prêt à aider une entreprise comme ça, qui ferait un resto par exemple qui aurait comme ambition de faire deux milles, trois milles couverts par jour, gratuitement. Alors, tous ceux qui sont intéressés, qu'ont des grosses cantines, qu'ont des restos, tous ceux qui sponsorisent, avec des marques d'alcool ou n'importe quoi, qui voudraient nous contacter pour ça, on est prêt à recevoir les dons, de toute la France d'ailleurs. Quand y'a des excédents de bouffe à droite, à gauche, et qu'on les détruit pour maintenir les prix sur les marchés, à ce moment-là, nous, on pourrait peut-être les récupérer. Voir ce qu'on peut faire avec les agriculteurs qu'ont de l'excédent, ou avec les sponsors. Et puis, on essaiera, un jour, de faire une grande cantine, peut-être cet hiver. Gratos. Voilà. Je lance l'idée comme ça..."

    Coluche, le 26 septembre 1985.

    Création de l'association "les Restos du Coeur" la même année.

    Prévue, au départ, pour durer un an, l' initiative de Coluche en faveur des plus démunis s' est avérée indispensable dans un monde où persiste et, parfois, s' aggrave la précarité !

    Plus de 25 ans plus tard, ce sont 115 millions de repas équilibrés qui sont distribués par l’association (2011-2012). Les Restos du Cœur ont malheureusement largement franchi la barre d’un milliard de repas servis depuis leur création…

    Aujourd’hui, les carences alimentaires les plus graves ont presque disparu, mais la pauvreté a pris un autre visage : accidents de la vie, contrats précaires et travailleurs pauvres, jeunes de moins de 25 ans ne disposant pas du RSA, retraités disposant du seul “minimum vieillesse”…

    En France, plus de 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Source : Rapport INSEE sur la précarité en France du 30 août 2011 (chiffres INSEE 2009)

    Au-delà de l’aide alimentaire, les Restos du Cœur ont très vite étendu leurs actions à l’aide à la personne et à l’insertion. Car pour sortir durablement de l’exclusion, un repas ne suffit pas. Il faut aussi résoudre toutes les difficultés (retrouver un emploi, avoir un toit,...) pour une insertion durable.

    La plus grande partie des ressources de l’association provient des dons et legs (51.9 % en 2011/2012). S’y ajoutent les produits des opérations Enfoirés (14.4 % en 2011/2012) et les subventions des collectivités publiques (en 2011/2012, 15.6% pour les organismes nationaux, 13.4 % de produits en provenance de l’Union Européenne et 4.7% de produits divers et financiers).

    Deux chiffres :

    Hiver 1985/86 : 8 millions de repas distribuésHiver 2011/12 : 115 millions de repas distribués

    Les chiffres sont de plus en plus démesurés chaque année ... Et inutile de dire que cela ne vous concerne pas car tout le monde à besoin ou pourrait en avoir besoin un jour !

    Et évitez les commentaires péjoratifs sur cet article et son objet ! Sur mon blog précédent, j' avais supprimé toutes les saloperies qui avaient mises sous mon article ... Un peu de respect, SVP ! 

    Les Restos du Coeur :  Campagne d’hiver 2013/2014

    Pour en savoir plus : http://www.restosducoeur.org/


    2 commentaires
  • Apparue de façon informelle au début du XXe siècle, l' "assistance sociale" devient une véritable politique dès la Grande Guerre.
    Aujourd’hui, 35 000 bénévoles de la Croix-Rouge française sont engagés au quotidien dans la lutte toutes les formes de précarité. La tâche est immense : l'association intervient auprès de plus d’un million de personnes !

    Le travail ne protège plus de la précarité ! Aujourd’hui, viennent s’ajouter aux personnes sans-abri trois nouvelles catégories de bénéficiaires ayant recours aux aides sociales : les jeunes, les personnes âgées et les travailleurs pauvres.

    La hausse des prix, les difficultés de la vie précipitent des familles ou des personnes en rupture familiale dans un système de dépendance pour survivre ...

    Le principe de l' assistance de la Croix-Rouge est :

    " passer le plus vite possible de l’assistance à l’autonomie dans un esprit de respect et de maintien de la dignité des personnes. "

    L’aide alimentaire à la Croix-Rouge française : une offre adaptée aux besoins

    La distribution alimentaire

    La distribution alimentaire permet de gérer l'urgence et de satisfaire le besoin élémentaire de se nourrir, tout en donnant à tous le droit à une alimentation de qualité et équilibrée. Il s'agit en effet d'une aide d'urgence attribuée gratuitement ou à un prix symbolique. La distribution alimentaire peut prendre différentes formes : paniers, repas chauds, repas partagés, sandwichs, soupes…

    Les épiceries sociales

    epicerie sociale

    Les 80 épiceries gérées par les bénévoles ou salariés de la Croix-Rouge française permettent aux personnes en situation de précarité de faire leurs courses, et ainsi de conserver leur statut de consommateur. Le public ciblé dans les épiceries sociales rencontre des difficultés financières passagères ou est en parcours de réinsertion professionnelle et a besoin d’un coup de pouce sur une durée limitée pour mener à bien un projet social qui leur garantira un retour à l’autonomie. Le bénéficiaire vient s’approvisionner régulièrement en ne payant que 10% de la valeur réelle des marchandises, pendant une durée déterminée lors d’un comité d’attribution. La contribution financière favorise le sentiment de dignité et apprend à gérer un budget.

    Les chèques d'accompagnement personnalisé

    Les Chèques d’accompagnement personnalisé (CAP) sont des titres de paiement permettant aux personnes en difficulté d’acheter des produits alimentaires (hors alcool) et d’hygiène dans les commerces ordinaires. Deux types de CAP existent: les CAP Alimentation Hygiène et les CAP spécifiques « fruits et légumes ». Cette formule est particulièrement intéressante puisqu’elle redonne dignité aux personnes aidées en leur offrant la liberté de choisir les produits dont ils ont besoin. Pour l’utilisateur, les CAP, d’une valeur unitaire de 6 €, fonctionnent comme de l’argent pour payer dans les grandes et moyennes surfaces qui les acceptent.

    L’aide vestimentaire, répondre à un besoin essentiel

    Au sein de nos 697 vestiaires ou vestiboutiques nous nous efforçons de favoriser la solidarité entre les personnes et le retour à l’emploi d’une centaine de personnes grâce à des chantiers d’insertion textile.

    Le vestiaire

    Il offre à des personnes et familles en situation de précarité la possibilité de se vêtir. En fonction des vêtements disponibles, elles choisissent ce qui leur convient le mieux. Les vêtements leurs sont fournis gratuitement ou avec une participation financière symbolique.

    La vestiboutique

    vestiboutique

    Elle permet aux personnes de choisir et d’essayer librement vêtements et accessoires dans un cadre et un accueil convivial et chaleureux. Les personnes sont ainsi considérées comme des consommateurs ordinaires, mais avec une contribution financière très modique. La vestiboutique est ouverte à l’ensemble de la population, favorisant une mixité sociale dans un lieu de rencontre où il n’y a pas de barrières entre « inclus et exclus ».

    Source : http://www.croix-rouge.fr/

    Comme je l' ai déjà dit sur ce blog et je le répète, nul n' est à l' abri d' un accident de la vie !!! Je l' ai vécu, enfant ... Même si j' ai rebondi dans la vie ( et même bien rebondi ), j' en garde assez de souvenirs pour ne pas oublier  mon passé !

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique