• Le 29 janvier, je vous ai parlé de Robert Marchand et de son défi :

    http://oasisdepaix.eklablog.com/le-nouveau-defi-a-102-ans-de-robert-marchand-a106205406

    Et bien, c' est chose faite !

    Robert Marchand, 102 ans, a battu, vendredi 31 janvier, son propre record de l'heure à vélo, en parcourant 26,927 kilomètres en une heure, soit le record du centenaire le plus rapide sur cette durée.

    Le centenaire a parcouru 26,9 km en une heure, pulvérisant le précédent record qu'il détenait déjà (24,25km) dans la catégorie Masters + 100 ans, homologuée par l’Union cycliste internationale (UCI) et créée spécialement pour lui.

    Le coureur seine-et-marnais, natif d'Amiens (Picardie), avait pour ambition de dépasser les 25 km. Robert Marchand, qui a confié n'être qu'à «90% de ses moyens», a donc fait mieux que remplir le contrat. Pour y parvenir, le cycliste a atteint 130 pulsations minute. «Les médecins m'avaient conseillé de ne pas dépasser 115», a-t-il d'ailleurs révélé. Mais ce dernier souhaitait remercier à sa façon les dizaines de personnes venues assister à son record. «Certains ont fait plus de 600 km pour venir m'encourager», s'est-il ému après sa performance.

    Malgré le coup de projecteur, Robert Marchand reste modeste. «Je ne suis pas particulièrement fier. Tout le monde peut réaliser ce que je viens de faire. D'ailleurs, je suis un peu fatigué, je ne le ferai pas tous les jours. Je ne sais même pas si je retenterai un jour de battre le record. Mais ce qui est sûr, c'est que je ferai toujours du vélo, au point de peut-être devenir le cycliste le plus âgé du monde...».

    Ce qui est sûr, c'est que son record semble parti pour durer dans sa catégorie d'âge.


    1 commentaire
  • Le Crunch est en rugby, le premier match de la saison opposant la France à l'Angleterre !

    Un choc annuel toujours serré, souvent épique: le "Crunch", surnom intraduisible des matches opposant la France à l'Angleterre dans le Tournoi des six nations, se tient ce samedi au Stade de France, plus de 100 ans après leur première rencontre en 1906. A l'époque, elle tourne court pour les Bleus, sèchement battus 35 à 8 par ceux qui aiment à rappeler qu'ils ont codifié au XIXe siècle les règles d'un jeu auquel les Français ne sont qu'invités. "Je suis étonné que les Français jouent si bien à un jeu si compliqué", avait ironisé Rowland Hill, secrétaire de la Fédération anglaise.

    Il faut attendre plus de 20 ans pour que le XV de France s'impose face à l'Angleterre, le 2 avril 1927 à Colombes, dans une victoire sur le fil (3-0). "Enfin, j'ai vu le dompteur dévoré", savoure à l'époque le capitaine, Adolphe Jauréguy. En 1931, victorieux pour la deuxième fois de leur histoire (14-13), les Bleus sont exclus du Tournoi pour violences. Suivront seize longues années de pénitence et d'isolement international pour l'équipe de France, avant son retour dans la compétition en 1947.

    L'heure de la revanche sonne le 24 février 1951. Pour la première fois, l'équipe de France triomphe à Twickenham, 11 à 3. Dans les années 60 et 70, la rivalité va croissant entre les deux équipes, au coude-à-coude avec 10 victoires chacune pendant cette période. Le célèbre "Crunch" de 1977 se déroule dans un climat houleux à Twickenham, aiguisé par la hargne de la presse anglaise qui exige une victoire de son équipe, battue lors des deux tournois précédents. Accueilli par des crachats, le XV de France l'emporte de justesse, grâce à un essai de François Sangalli mais surtout à la maladresse du buteur anglais, Alastair Hignell, qui rate cinq pénalités sur six !

    C'est l'année de l'exploit pour l'équipe de France et son capitaine Jacques Fouroux avec ce deuxième Grand Chelem (après celui de 1968), remporté avec les 15 mêmes joueurs et sans prendre un essai. Crépusculaire dans les années 80, le XV de la Rose renaît au début des années 90 et les "Crunches" reprennent de la saveur à l'image de celui de 1991, marqué par "l'essai du siècle" de Philippe Saint-André au terme de 100 mètres de cavalcade. Ou celui de 1992, cauchemardesque pour les Bleus et ponctué des exclusions du pilier Grégoire Lascubé et du talonneur Vincent Moscato.

    Pour leur première au Stade de France, en ouverture du Tournoi-1998, les Bleus l'emportent 24-17. L'année précédente, ils avaient écrit une page de leur histoire en renversant le XV de la Rose à Twickenham (23-20) après avoir été menés 20-6 à la pause. Depuis le passage à six nations en 2000, l'avantage est à l'Angleterre, avec 9 victoires contre 5 pour la France. Et au bilan général, sur 83 Crunches, le XV de la Rose l'a emporté 46 fois contre 37 victoires aux Bleus.

    Les matchs du XV de France

    Samedi 1er février 2014 à 18h00 : France – Angleterre
    Dimanche 9 février 2014 à 16h00 : France – Italie
    Vendredi 21 février 2014 à 21h00 : Pays de Galles – France
    Samedi 8 mars 2014 à 18h00 : Ecosse – France
    Samedi 15 mars 2014 à 18h00 : France – Irlande


    1 commentaire
  • En passant une barre à 6,08m, vendredi, à Bydgoszcz, en Pologne, Renaud Lavillenie est entré dans une nouvelle dimension. Une dimension où le mythique record du monde de Sergueï Bubka (6,15m) ne semble plus si inaccessible…

    "Ça y est, j’y suis !" Voilà ce qu'il s’est passé dans le crâne de Renaud Lavillenie, vendredi du côté de Bydgoszcz, en Pologne, après son saut réussi haut la main à 6,08m. Une performance qui lui permet de devenir le deuxième performer de tous le temps, puisqu’il dépasse Steve Hooker, et ses 6,06m. Une performance qui le fait surtout entrer dans une nouvelle dimension, celle atteinte par un seul homme avant lui: Sergueï Bubka.

    Recordman du monde avec 6,15m, l’Ukrainien le confirme. "C’est fantastique. Et là, ce n’est pas 6,01m ou 6,02m mais 6,08 m ! C’est vraiment excitant, du très très haut niveau. Et ça fait de lui le deuxième performer de tous les temps. Depuis l’an dernier, on sent qu’il est plus régulier, plus constant à un très haut niveau. Il est clairement au-dessus des autres, c’est de très loin le plus fort", explique-t-il, dans les colonnes de L’Equipe.

                                      La concurrence n' a qu' à bien se tenir ...

    Renaud Lavillenie,  deuxième performer de tous le temps !

     


    4 commentaires
  • Quand ont eu lieu les premiers Jeux Plympiques d' hiver ?

     

    La prochaine édition des Jeux Olympiques d'hiver va débuter le 7 février à Sochi.

    Mais, quand a eu lieu la première ?

     

    Il y a 90 ans, Chamonix accueillait la Semaine internationale des sports d'hiver, reconnue rétrospectivement comme les premiers Jeux Olympiques d'hiver. Du 25 janvier au 5 février 1924, 16 nations représentées par 258 athlètes se mesurèrent dans 16 épreuves.

    Les premiers sports sont le ski de fond, la patinage artistique et de vitesse, le hockey sur glace, le combiné nordique, le saut à ski, le bobsleigh, le curling et la patrouille militaire.

    Les Jeux d'hiver évoluent depuis leur création. De nouvelles épreuves sont ajoutées et certaines d'entre elles, telles que le ski alpin, la luge, le patinage de vitesse sur piste courte et le ski acrobatique, gagnent une place permanente dans le programme olympique. D'autres, comme le ski de vitesse, le bandy et le ski joêring sont des sports de démonstration lors d'une édition des Jeux, mais ne deviennent pas des sports olympiques officiels.

    Depuis 1924, les Jeux d'hiver ont été tenus sur trois continents, mais jamais dans l' hémisphère sud. Les États-Unis les accueillent quatre fois, la France trois fois tandis que l'Autriche, le Canada, l'Italie, le Japon, la Norvège et la Suisse les organisent à deux reprises.

    En 2014, Sochi sera la première ville russe à accueillir les Jeux d'hiver et en 2018, Pyeongchang, en Corée du Sud, sera la troisième ville asiatique à les organiser.


    votre commentaire
  • Les amateurs de football l’ont vu des millions de fois ! Mais sous cet angle-là, c’est une première ...

    Depuis quelques jours, cette vidéo, tournée depuis la tribune derrière le but du gardien britannique, Peter Shilton, fait le tour d’Internet. Elle montre avec davantage de précision la finesse du toucher de balle de l’ancien meneur de jeu de l’Albiceleste. Une bonne excuse pour se passer encore en boucle ce but d’anthologie.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique