• Alors qu’on attendait du France - Danemark d' hier soir, en quarts de finale de l' Euro de football féminin 2013, que les Bleues poursuivent sur leur lancée, les Françaises ont subi une cruelle désillusion avec l’élimination aux tirs au but (1-1, 2 tab à 4) en dépit d'une domination sans partage.

    Le début de match est à l’avantage des Françaises, qui mettent rapidement le pied sur le ballon. Mais, hormis une frappe lointaine de Bussaglia à la 4ème minute de jeu, les Bleues peinent à inquiéter réellement la défense adverse. Puis, les débats s’équilibrent, Camille Abily se procurant notamment une belle occasion à la 20ème minute. Sur un tir en pivot, la Lyonnaise enroule sa frappe, qui passe de peu au-dessus. On sent toutefois Sandrine Soubeyrand et ses coéquipières crispées et moins dominatrices qu’à l’accoutumée, celles-ci se faisant finalement piéger à l’approche de la demi-heure de jeu.

    Idéalement servie dans le dos de la défense tricolore, Rasmussen bat Sarah Bouhaddi d’une frappe croisée que la gardienne ne peut qu’effleurer (0-1, 28ème) ! Les joueuses de Bruno Bini réagissent immédiatement par l’intermédiaire de Thiney (30ème), Abily (32ème) et Le Sommer (35ème), mais aucune ne parvient à tromper Petersen. A la pause, les Bleues se retrouvent donc menées. Gaëtane Thiney hérite du brassard en seconde période, la capitaine Sandrine Soubeyrand laissant sa place à la véloce Elodie Thomis. Un changement tactique qui permet aux Bleues de faire immédiatement le siège de la moitié de terrain adverse, les frappes de Necib (56ème) et Abily (58ème) ne permettant toutefois pas aux Françaises d’égaliser. En face, Harder s’illustre d’un tir puissant mais non cadré (54ème), seule occasion ou presque des Danoises lors de ce deuxième acte. Les offensives françaises se multiplient et Abily obtient, suite à une faute de Roddik, un penalty précieux, transformé par Louisa Necib (1-1, 71ème).

    Ce quart de finale de l' Euro 2013 est relancé !

    La France n’a alors de cesse d’attaquer, sans toutefois réussir à prendre l’avantage dans les dernières minutes de rencontre. A la fin du temps réglementaire, synonyme de prolongation, on recense 20 tirs côté français contre 3 seulement côté danois. Signe que les Bleues ont largement dominé mais qu’elles ont manqué de réalisme.

    Même scénario lors de la prolongation, les joueuses de Bruno Bini se procurant de nombreuses occasions face à des Danoises recroquevillées en défense. Finalement, la décision se fait à l’issue d’une série de tirs au but qui voit notamment Necib et Delannoy échouer et la France s’incliner !

    Alors que les Bleues visaient le titre lors de cet Euro de foot féminin 2013, celles-ci n’auront pas fait mieux qu’en 2009 ! Les rêves de demi-finale et de titre européen s’envolent.


    votre commentaire
  • Un quart à prendre pour les Bleues

    Ce soir à 20h45, l’Equipe de France débutera son quart de finale du Championnat d’ Europe contre le Danemark à Linköping. Les Bleues ont largement les moyens d’écart leur adversaire et de rejoindre la Suède et l'Allemagne dans le dernier carré. La prudence est pourtant de mise pour les Tricolores face à un adversaire toujours dangereux.

    http://www.sport24.com/football/equipe-de-france/actualites/les-bleues-sur-leur-garde-643482


    votre commentaire
  •                                  Euro 2013 : un premier tour sans faute pour les Bleues

    L'équipe de France féminine a brillamment bouclé la phase de groupes de l'Euro, en battant l'Angleterre 3-0 jeudi 18 juillet à Linköping, pour sa troisième victoire en trois matches. Alors que l' Allemagne a été hésitante (une victoire, un nul et une défaite) et que la Suède, qui joue à domicile, a laissé deux points en route contre le Danemark, les Bleues ont elles réussi un carton plein avec neuf points en trois matches.

    Lundi en quart de finale, toujours à Linköping, elles affronteront le Danemark ou l' Islande (en fonction d'un tirage au sort entre Danemark et Russie pour la 2e place de meilleur troisième qui aura lieu jeudi soir à 23 h 30). Quel que soit leur adversaire, elles partiront très nettement favorites au vu de leurs performances dans leurs trois premiers matches, maîtrisés défensivement et le plus souvent aboutis offensivement, qui ont légitimé leurs ambitions de titre. D'autant que la Suède et l'Allemagne se retrouvent dans la même partie de tableau, celle des Bleues semblant plus dégagée jusqu'à la finale.


    1 commentaire
  • Etape 18 du Tour de France 2013 : Gap / Alpe - d' Huez

    18 ème étape du Tour de France 2013

    Le peloton va gravir ce jeudi à deux reprises les 21 virages. Une première attendue par une foule immense !

    Les scénarios de course sont quelquefois prévisibles, y compris sur des étapes de montagne qui s'achèvent sur une ascension longue, exigeante et spectaculaire. La phase d'observation s'éternise, l'emballage prend forme progressivement, avec la mise en place d'un train de plus en plus rapide, puis les grimpeurs les plus résistants ou les plus aériens sont amenés à s'expliquer sur quelques kilomètres, avec un butin chronométrique variable à la clé. Il se passe quelque chose de très différent aujourd'hui, avec une étape au format hors-normes au cours de laquelle les coureurs escaladeront à deux reprises une des ascensions les plus redoutables de la planète vélo : l'Alpe d'Huez. Le défi athlétique se veut déjà en lui-même sélectif. Il est de plus pimenté par un concours d'adresse qui sera organisé dans la descente suivant le col de Sarenne. Surtout, il pose des questions stratégiques cruciales à tous ceux qui souhaitent encore faire douter Chris Froome, du haut de ses 4'34'' d'avance sur le premier de ses poursuivants, Alberto Contador. L'ambition de combler un retard aussi important peut-elle coïncider avec un schéma de course traditionnel ? Dans quelle mesure est-il possible d'anticiper un mouvement de la part des rivaux directs de Froome ? Il n'y a probablement pas de recette infaillible, mais le profil de l'étape invite à toutes les audaces.


    votre commentaire
  • Vice-championnes olympiques, les Braqueuses de Céline Dumerc et Sandrine Gruda ont été battues 69-70 par l'équipe d'Espagne, chez elles à Orchies.

    L'équipe de France de basket féminin a été battue en finale des championnats d'Europe par celle d'Espagne 69-70 dans un match accroché, jusque dans les dernières secondes. Vice-championnes olympiques, Celine Dumerc et ses coéquipières doivent à nouveau se contenter de l'argent, avec le regret d'avoir été plus près de l'or à Orchies (Nord) qu'elles ne l'étaient à Londres, il y a un an, contre les Etats-Unis. 

    Habituée à figurer ces dernières années sur les podiums européens (argent en 2007, bronze en 2001, 2003, 2005 et 2009), l'Espagne monte enfin sur la plus haute marche. La désillusion est cruelle pour les "Braqueuses", un surnom qu'elles avait gagné en 2009 avec leur victoire surprise à l'Euro en Lettonie, qui espéraient être sacrées devant leur public, comme leurs aînées l'avaient été en 2001. C'est tout de même la septième médaille européenne rapportée par le basket féminin français, avec l'or donc de 2001 et 2009, l'argent de 1970, 1993 et 1999, et le bronze de 2011. 

    Les Bleues échouent d'un rien

    Le trac a d'abord inhibé les Françaises, plutôt hésitantes dans le premier quart-temps (8 pertes de balle), à l'image d'Edwige Lawson-Wade, manifestement stressée pour le dernier match de sa carrière. Les Espagnoles en profitaient pour s'envoler sur les traces d'une Sancho Lyttle encore une fois très impressionnante (23-12 10e), seule Sandrine Gruda tenant la baraque côté français. Mais les Bleues ne tardaient pas à sortir de leur torpeur. Deux tirs primés de Céline Dumerc les réveillaient définitivement et l'Espagne trouvait enfin du répondant à son agressivité. 

    L'orgueilleuse Gruda, ravie d'avoir un duel enfin à sa mesure avec Lyttle, lui assénait un contre mémorable et conservait son adresse en attaque. A la pause (36-35 pour l'Espagne), la France était pleinement revenue dans le match. L'Espagne continuait à alterner les défenses et refusait d'abandonner la tête. Jusqu'à ce Lawson balance un tir primé un peu désespéré et que Gruda ajoute deux points. La France passait enfin devant (49-46) et la Pévèle Arena s'embrasait. 

    Les deux équipes jouaient une partition de haute volée. L'Espagne répliquait du tac au tac, avec deux tirs lointains de Silvia Dominguez et de Marta Xargay. La tension était à son comble. L'Espagne reprenait quatre points d'avance grâce à l'abattage de Lyttle. Mais Dumerc ressortait ses habits de fée pour ramener la France à un point d'un tir primé (68-67, 39e). Mais les Bleues perdaient deux ballons importants et Lyttle donnait à son équipe un petit matelas de 3 points d'avance à 7 secondes de la fin. Le tir de Lawson-Wade était contré et retombait dans les bras de Gruda, qui ajoutait deux points. Trop peu, trop tard. {#}


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique