• ... alors que nous nous approchons de 2016 ! Les événements sont différents mais la réalité demeure ...

    Happy Xmas (War Is Over) est à la fois une chanson protestataire contre la guerre du Viêt Nam et une chanson de Noël, de John Lennon et Yoko Ono. Elle tire son origine d'une campagne publicitaire contre la guerre du Viêt Nam que les deux époux avaient lancée en 1969 dans plusieurs grandes villes du monde. Elle fait également suite à plusieurs hymnes pacifistes déjà composés par Lennon, Give Peace a Chance et Imagine.

    En 1971, Lennon, qui avait toujours été désireux d'écrire un chant de Noël, met ce slogan en musique et l'enregistre avec Yoko Ono et les chœurs de Harlem sous la production de Phil Spector. Il s'agit de la première chanson que Lennon enregistre aux États-Unis. Elle s'inscrit également dans une période où Lennon et Ono s'engagent politiquement et qui trouve son apogée quelques mois plus tard avec l'album Some Time in New York.

    Elle paraît tout d'abord en single dans ce pays pour Noël 1971 mais ne connaît aucun succès et n'entre même pas dans les charts. Reportée à 1972 dans le reste du monde à cause d'un différend commercial, la chanson connaît un grand succès au Royaume-Uni où elle finit par atteindre la deuxième place des charts en 1980, à la suite de l'assassinat de son interprète. Elle y jouit d'une très grande popularité et est devenue un chant de Noël classique.

                    

    Source :

    https://www.youtube.com/watch?v=oXaLu7bvke8


    votre commentaire
  • Alors que la France est en deuil après les tragiques événements qui ont eu lieu à Paris et aux abords du Stade de France dans la nuit de vendredi à samedi, un message a ému la Toile hier : l’émouvante lettre du mari d’une des victimes à ceux qui lui ont "volé l’amour de sa vie" et la mère de son fils de 16 mois.

    "Vous n’aurez pas ma haine", c’est par ces mots qu’Antoine Leiris, journaliste de France Bleu qui a perdu sa femme et la mère de son enfant lors de l'attaque du Bataclan, a tenu à s’adresser directement à ceux qui ont tant fait souffrir les Français en ôtant la vie à 132 personnes et en en blessant des centaines d’autres (bilan provisoire) lors des attentats qui ont touché la capitale et les abords du Stade de France à Saint-Denis il y a quelques jours. Sur son compte Facebook ce lundi, il a publié un message poignant : 

    “Vous n’aurez pas ma haine”

    " Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur.

    Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’ai peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.

    Je l’ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d’attente. Elle était aussi belle que lorsqu’elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j’en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée. Je sais qu’elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n’aurez jamais accès.

    Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus fort que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus. "


    1 commentaire
  • Il s'appelle Jules. C'est le cinquième bébé abandonné dans la seule "boîte à bébés" de Belgique, gérée par l'association Moeders voor Moeders (Des mères pour les mères), dans le district de Borgerhout, en banlieue d'Anvers.

    La "boîte à bébés" est une sorte de tiroir sécurisé et chauffé, qui garantit l'anonymat du dépositaire du bébé. Une alarme se déclenche ensuite, quelques instants après son utilisation, pour prévenir l'association, laissant toutefois le temps au parent de s'éloigner.

    Savez-vous ce que sont les " boîtes à bébés " ?

    Katrin Beyer de Moeders voor Moeders, pose devant la "boîte à bébés" de l'association, le 25 février 2015. (BELGA PHOTO JONAS ROOSENS)

    En Belgique, elle a été utilisée pour la première fois en novembre 2007. Avant cela, l'association avait déjà recueilli deux bébés qui lui avait été remis.

    S'il n'existe qu'une seule boîte de ce type en Belgique, ce système controversé est très répandu en Europe. "Les boîtes à bébés se multiplient", titrait même "Le Monde" dans un article publié en 2012. Plusieurs centaines de ces boîtes, descendantes directes des "tours d'abandon" du Moyen-Age, seraient ainsi présentes sur le Vieux continent.

    L'explosion de ce système date des années 2000. L ' Allemagne (même si elle fait dorénavant machine arrière) a été la première à l'adopter, suivie par une dizaine d'autres pays, comme l'Italie, la Suisse, la Pologne et la Belgique. Destinées aux parents en détresse qui veulent abandonner leur nouveau-né dans l'anonymat absolu, ces boîtes visent surtout à éviter ces faits divers terribles d'infanticides de nouveau-nés ou d'abandons de bébés dans des lieux sordides, comme les bennes à ordure.

    Le mécanisme, défendu notamment par différents groupes religieux ou partis politiques militant contre l'avortement, est néanmoins vivement critiqué par les Nations unies, car il viole le droit fondamental d'un enfant de connaître ses parents. 

    La Convention relative aux droits de l'enfant prévoit en effet que tout enfant a "dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d'être élevé par eux", rappelle "Le Monde". En outre, elle dispose que "si un enfant est illégalement privé des éléments constitutifs de son identité ou de certains d'entre eux, les Etats parties doivent lui accorder une assistance et une protection appropriées, pour que son identité soit rétablie aussi rapidement que possible".

    En France, la question ne se pose pas. Une femme peut en effet "accoucher sous X", ce qui lui permet d'abandonner son bébé anonymement juste après l'accouchement. Un système qui est, lui aussi, décrié, surtout par les enfants abandonnés qui peinent à retrouver leurs parents une fois adultes.


    5 commentaires
  • En trente ans, l'Europe a perdu 421 millions d'oiseaux

    L’Europe abrite 421 millions d’oiseaux de moins qu’il y a 30 ans et la gestion actuelle de l’environnement apparaît incapable d’enrayer l’hécatombe de nombreuses espèces récemment encore communes, révèle une étude publiée lundi par le journal scientifique Ecology Letters.

    Cette disparition alarmante de la faune ornithologique européenne est liée aux méthodes modernes d’agriculture et à la disparition de l’habitat.

    «C’est un avertissement qui vaut pour toute la faune européenne. La manière dont nous gérons l’environnement est insoutenable pour nos espèces les plus communes», explique Richard Gregory, de la Société royale pour la protection des oiseaux, qui a co-dirigé l’étude.

    Un déclin allant jusqu’à 90% a été enregistré chez des espèces aussi communes que la perdrix grise, l’alouette des champs, le moineau et l’étourneau. Parallèlement, certains espèces rares d’oiseaux ont vu pendant la même période leurs effectifs s’améliorer grâce à des mesures de conservation, selon l’étude. Les scientifiques, qui recommandent l’application rapide de nouveaux schémas agricoles et la mise en place de zones vertes en milieu urbain, ont analysé les données sur 144 espèces d’oiseaux de 25 pays européens, collectées en général par des observateurs bénévoles.


    votre commentaire
  • « L' ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l' équation. " ( Michaël Moore )


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique