•  

     

    Un vieil homme fragile s'en alla demeurer avec son fils, sa belle-fille, et son petit-fils de quatre ans. Les mains du vieil homme tremblaient, sa vue était embrouillée et sa démarche chancelante.

    La famille était attablée ensemble pour le repas. Mais la main tremblante de grand-père et sa mauvaise vue rendait le repas peu agréable. Les pois roulaient par terre, lorsqu'il prenait son verre, le lait se renversait sur la nappe.

    Ce qui vint à tomber sur les nerfs du fils et de la belle-fille.

    « On doit faire quelque chose avec grand-père. Il y en a assez du lait renversé, des bruits lorsqu'il mange et de la nourriture sur le plancher ».

    Alors, le fils et sa femme montèrent une petite table dans un coin de la salle à manger.

    « C'est là que grand-père ira manger pendant que le reste de la famille sera à la grande table. De plus, puisque que grand-père a cassé quelques assiettes, dorénavant il mangera dans un bol en bois ».

    Lorsque la famille regardait dans le coin, quelques fois ils pouvaient voir une larme sur les joues de grand-père qui était assis tout seul. En dépit de cela, les seuls mots que le couple avait pour grand-père exprimaient la colère et les reproches lorsqu'il échappait une fourchette ou renversait sa nourriture par terre. Le jeune de quatre ans regardait tout cela en silence.

    Un soir avant le souper, le père remarqua son fils qui jouait dans son atelier et il nota des copeaux de bois sur le plancher. Il demanda gentiment: « Qu'es-tu en train de fabriquer ? ».

    Aussi gentiment le fils répondit :

    « Ah ! Je fais un bol en bois pour toi et maman pour manger lorsque je serai grand ! »

     

    Un grand merci à Josiane33 qui a remarqué que j' avais escamoté la fin de l' histoire ...

    Donc, je reprends :

    Les parents furent tellement surpris par ces paroles qu’ils étaient incapable de parler. Et puis, quelques larmes coulèrent sur leurs joues. Ils ne disaient rien mais ils savaient quoi faire. 

    Ce soir là, le fils pris grand-père par la main et l'amena gentiment à la table familiale. Pour le reste de ces jours, il mangea ses repas avec la famille et le fils et sa femme ne se troublaient plus lorsque grand-père échappait une fourchette, renversait son lait ou salissait la nappe.

     


    3 commentaires
  •  Il n'y a pas de mauvais chien, juste de mauvais maître ...

    " Le cri du cœur d'un vétérinaire "

    Je suis vétérinaire. Il y a certains détails que j’ai changés ou omis pour préserver mon anonymat et parce que je vais me faire allumer pour ce que je vais vous raconter. Aujourd’hui, un homme m’a amené son chien.
    C’était un grand chiot adolescent et tapageur. Il s’est rué dans la salle de consultation, me sautant dessus avec enthousiasme, remuant sa queue sans arrêt et poussant ma main avec son museau. Ses grosses pattes douces s’écrasaient contre mon torse à chaque fois qu’il s’arrêtait pour me saluer, pendant qu’il sautait partout dans la pièce pour sentir de plus près toutes les odeurs. C’était un croisé atypique, très beau et il était clairement intelligent et énergique, en un mot adorable.

    Voilà l’histoire: le chien avait été acheté lorsqu’il était un petit chiot par un couple à qui l’on avait dit que c’était un croisé ‘dernier cri’ de deux races de petite taille. Si ce couple s’était juste un minimum informé, ils auraient su immédiatement que ce chien n’était pas un mélange de deux petites races. Bref, ils n’avaient aucune idée donc ils ont acheté le petit chiot mignon de cette source douteuse (ça leur a surement coûté plusieurs centaines d’euros) et l’ont ramené dans leur famille où il y avait un jeune enfant. Le chien a un peu grandi et il est devenu évident qu’en fait il allait être très grand. Il sautait partout, était énergique et destructeur. Il courait partout sans cesse et faisait tomber l’enfant.

    Donc ils l’ont rapatrié chez un membre de la famille. Celui-ci avait aussi des enfants mais ils étaient un peu plus grands. Il avait vraiment à cœur de bien faire les choses, alors il a essayé de ‘discipliner’ le chien. Celui-ci commençait à montrer parfois des signes d’agressivité et il était complètement hyperactif dans la maison, destructeur et ingérable.

    Je n’étais pas surpris d’entendre ça, car il était évident pour moi que c'était le type de chien qui aurait besoin d'énormément d'exercice et de stimulation. Dans un dernier espoir de résoudre le problème, la famille a fait castrer le chien. Mais, il fallait s’y attendre, cela n'a eu aucun impact. Aujourd’hui, le chien m’a été amené pour être piqué. Il a grogné agressivement quand un enfant a mis son visage trop près du sien. A cela s’est ajouté un changement imminent de mode de vie, et la personne s’est sentie incapable de continuer à gérer le chien. Il a demandé à des refuges locaux et nationaux, tous étaient complets. Il n’avait personne qui pouvait s’en occuper à partir de ce soir-là. Il ne pouvait pas le ramener à la maison, en partie par mesure de sécurité et en partie parce que la décision avait déjà été prise en famille.
    C’est ainsi que j’ai euthanasié ce chien plein de vie, dynamique et en excellente santé, pendant qu’il mâchouillait ses friandises et que son troisième maître pleurait dans sa fourrure. Et quand je me suis retrouvé seul avec la dépouille de ce pauvre chiot, j’ai éclaté en sanglots. Je sais que certains penseront que j’ai eu raison d’euthanasier un chien qui avait montré des signes d’agressivité à un moment de sa vie.

    Je ne suis pas d’accord.

    Je sais que d’autres penseront que j’ai eu tort de l’euthanasier et que j’aurais dû le prendre chez moi et lui trouver un nouveau foyer.

    Je ne suis pas d’accord.

    Je sais aussi qu’énormément de gens ignorent que ce n’est pas un fait isolé, mais une réalité très courante dans ce pays, à cause de gens irresponsables et cupides, qui ne cherchent pas à s’informer. Lesquels vendent des chiens à des gens tout aussi irresponsables et inconscients. Qui les donnent à des personnes naïves et irréfléchies qui souhaitent les « sauver » mais qui finissent à bout de nerfs et me les amènent pour que je les euthanasie. C’est toujours comme ça que ça se passe.

    Ce sont des chiens qui ont mordu les enfants de la maison parce que leurs maîtres n’avaient pas les connaissances suffisantes sur leur race, qu’ils attendaient beaucoup trop d’eux et qu’ils n’ont pas fourni les efforts nécessaires pour les socialiser.
    Ce sont des chiens dont les maîtres peuvent se permettre de dépenser des sommes à quatre chiffres pour avoir la dernière « race » hybride à la mode affublée d’un nom ridicule fraîchement inventé, mais qui ne peuvent pas débourser 50€ pour leur vaccin ni aucune charge pour les problèmes de santé mineurs.

    Ce sont des chiens qui peuplent les refuges de tout le pays et qui attendent, comme des milliers et des milliers d’autres, des foyers sans enfant, sans autre animal domestique, entourés d’un jardin avec une clôture de 2m50, dont les habitants ont l’habitude de gérer les problèmes comportementaux canins, travaillent à domicile, ont un mobilier en acier inoxydable et font des chèques en blanc pour soigner les maladies que les chiens ont héritées. Des foyers qui n’existent pas.

    Voilà les chiens que je dois euthanasier parce que je sais que je me montre plus responsable en leur ôtant la vie de façon indolore qu’en les condamnant à attendre, parmi d’innombrables autres chiens « difficiles » dans tous les refuges du pays.

    S’il vous plaît, s’il vous plaît, je vous en supplie, renseignez-vous avant de vous procurer un chien, auprès de vétérinaires, de vétérinaires comportementalistes, de clubs canins, de la Société Centrale Canine, des associations de chiens de race, des SPAs, d’Internet… Vous avez des tas de sources d’information à votre disposition. A vous d’en faire bon usage. Vous n’avez aucune excuse.

    Allez voir un refuge où le personnel vous interroge beaucoup pour cerner votre mode de vie et trouver le chien qui vous conviendra le mieux.
    Apprenez à élever votre chiot correctement. Comme ça, si vous ne pouvez plus l’assumer, vous aurez au moins fait en sorte qu’il soit adoptable.
    Pensez à toujours avoir un peu d’argent de côté pour un imprévu.
    Assurez-vous que le chien puisse répondre à vos attentes.

    S’il vous plaît. Parce que je suis incapable de continuer ainsi."

     


    4 commentaires
  •  

    La protection de l’enfance, son fonctionnement et ses failles ...

     

    "Savons nous protéger nos enfants ?" Spécial Investigation a présenté lundi 23 juin à 22h30 sur Canal+ une émission très intéressante sur la protection de l' enfance !

    Des manques de soins, des coups, des enfermements ou des viols... Chaque année en France, près d'une centaine d'enfants meurent de maltraitance selon des estimations des milieux de l'aide à la famille. Des situations dramatiques échappent régulièrement à la vigilance des organismes de contrôle et de protection.

     

    La protection de l’enfance, son fonctionnement et ses failles ...

     

    Pourtant, le pays est doté d'un système d'aide à la famille structuré avec 138 000 travailleurs sociaux surveillant les abus et 350 juges des enfants. Décryptage des méandres de la protection de l'enfance, de son fonctionnement et de ses failles à  travers les destins poignants de la petite Nina, placée en foyer à Nancy, et de Karine, étudiante rennaise recueillie par sa tante ...

    Pour Spécial investigation, Delphine Welter nous plonge dans les méandres de la protection de l’enfance, son fonctionnement et ses failles.

    Une émission poignante mais qui ne tombe pas dans le misérabilisme, ni dans l' excès de sensiblerie !


    4 commentaires
  •  

    Un pb de générations ?

     

    Je ne sais quel sentiment est le plus fort quand je vois cette info :

    Bac 2014 : "Victor Hugo il m'a prit la tête truc de fou"

    Les élèves de Première ont planché mercedi sur l'épreuve anticipée de français. Parmi les sujets, le poème "Crépuscule" de Victor Hugo. Qui n’a visiblement pas inspiré tout le monde ...

    L' objet du délit ?

    Crépuscule

    L'étang mystérieux, suaire aux blanches moires,
    Frisonne; au fond du bois la clairière apparaît ;
    Les arbres sont profonds et les branches sont noires ;
    Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ?

    Avez-vous vu Vénus au sommet des collines ?
    Vous qui passez dans l'ombre, êtes-vous des amants ?
    Les sentiers bruns sont pleins de blanches mousselines;
    L'herbe s'éveille et parle aux sépulcres dormants.

    Que dit-il, le brin d'herbe ? et que répond la tombe ?
    Aimez, vous qui vivez ! on a froid sous les ifs.
    Lèvre, cherche la bouche ! aimez-vous ! la nuit tombe;
    Soyez heureux pendant que nous sommes pensifs.

    Dieu veut qu'on ait aimé. Vivez ! faites envie,
    O couples qui passez sous le vert coudrier.
    Tout ce que dans la tombe, en sortant de la vie,
    On emporta d'amour, on l'emploie à prier.

    Les mortes d'aujourd'hui furent jadis les belles.
    Le ver luisant dans l'ombre erre avec son flambeau.
    Le vent fait tressaillir, au milieu des javelles,
    Le brin d'herbe, et Dieu fait tressaillir le tombeau.

    La forme d'un toit noir dessine une chaumière;
    On entend dans les prés le pas lourd du faucheur;
    L'étoile aux cieux, ainsi qu'une fleur de lumière,
    Ouvre et fait rayonner sa splendide fraîcheur.

    Aimez-vous ! c'est le mois où les fraises sont mûres.
    L'ange du soir rêveur, qui flotte dans les vents,
    Mêle, en les emportant sur ses ailes obscures,
    Les prières des morts aux baisers des vivants.

     

    Quelle est la réaction des lycéens au poème "Crépuscule" de Victor Hugo ? Rien qui ne se rapporte, de près ou de loin, à la poésie : "Torches toi avec ton brin d'herbe fdp de Victor Hugo", "Nike ta mère Victor Hugo et Nike la mère à tes de potes aussi pd" ou encore - notre préféré au "Nouvel Obs" - "Victor Hugo et toute sa compagnie créole de poètes la, ils m'ont prit la tête truc de fou".

    http://tempsreel.nouvelobs.com/bac-2014/20140618.OBS0859/bac-2014-victor-hugo-il-m-a-pris-la-tete-truc-de-fou.html


    1 commentaire
  • Chaque année avant les départs en vacances, la Fondation 30 Millions d’Amis se mobilise contre un fléau qui touche des milliers de chiens et de chats : l’abandon. Pour sa nouvelle campagne, elle a choisi le thème de la fidélité, ce lien unique et inconditionnel qui unit un animal à son maître.

    Très belle campagne, difficile à regarder pour les amis des animaux (en tout cas pour moi pour qui ce genre d'acte barbare relève de l'incompréhensible)

    http://www.30millionsdamis.fr/


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique