• Une exposition qui a pour ambition de définir les caractéristiques d’une esthétique paparazzi.

    Il y a les chasseurs et leur gibier, et nous tous, abominables voyeurs, qui nous régalons chaque semaine du tableau de chasse offert par les magazines people. En consacrant une exposition de taille aux paparazzis et aux célébrités qu' ils traquent, le Centre Pompidou-Metz fait de nous des voyeurs désormais décomplexés et même très éclairés.

     Une exposition qui a pour ambition de définir les caractéristiques d’une esthétique paparazzi.

    Car les 600 photographies et œuvres réunies au musée démontrent combien l'esthétique des images volées, avec leur grain sale, leurs plans lointains au téléobjectif, les gestes de rébellion des stars, les perspectives écrasées ont donné naissance à un véritable style. « Et comme l'art recycle à peu près tout, les artistes contemporains se sont à leur tour inspirés des paparazzis pour créer des œuvres », explique Clément Chéroux, le commissaire de l'exposition.

     Une exposition qui a pour ambition de définir les caractéristiques d’une esthétique paparazzi.

    Jackie Kennedy et Ron Galella 1971

    Parcourant un demi-siècle de photographies de stars, l'exposition se penche sur le métier de chasseur d'images, en abordant les rapports tout aussi complexes que passionnants qui s'établissent entre le photographe et la célébrité, jusqu'à révéler l'influence du "phénomène paparazzi" sur la photographie de mode. En associant les grands noms de la discipline, tels Tazio Secchiaroli, Ron Galella, Pascal Rostain et Bruno Mouron, à des œuvres de Richard Avedon, Raymond Depardon, William Klein, Gerhard Richter, Cindy Sherman ou encore Andy Warhol, qui se sont interrogés sur ce mythe moderne, l'exposition a pour ambition de définir les caractéristiques d'une esthétique paparazzi.

    Les braises de l'affaire Hollande-Gayet ne sont pas encore éteintes que s’est ouvert ce mercredi au Centre Pompidou-Metz une exposition consacrée au phénomène et à l’esthétique de la photographie paparazzi. Au cœur de l'exposition, des photos sulfureuses, de celles qui attirent indubitablement la rétine. Mais aussi celles qui ont marqué les esprits, voire l’Histoire, comme le fameux cliché de François Mitterrand et sa fille cachée Mazarine, en 1994. L'instant volé est signé Sébastien Valiela, également auteur de la photo de François Hollande en casque de scooter, alors censé rejoindre Julie Gayet.

    Une exposition à laquelle il ne s'attendait pas. "Comme on ne se prend pas pour des artistes, on ne pensait pas qu’un jour ce genre de photos allait finir dans un musée national", reconnaît le paparazzi interrogé mardi sur le plateau de BFMTV.

    http://www.centrepompidou-metz.fr/paparazzi-photographes-stars-et-artistes

    Une petite touche d' humour ...

    Une exposition qui a pour ambition de définir les caractéristiques d’une esthétique paparazzi.

     

    Concours photo sur Wipplay

    A l’occasion de l’exposition, le Centre Pompidou-Metz organise un concours photographique.
    Le concours a été lancé le 26 février sur

    http://www.wipplay.com/fr_FR/concours-photo/tous-paparazzis/

     et relayé par la page Facebook du Centre Pompidou-Metz.

    https://www.facebook.com/pompidoumetz

    Wipplay propose à tous les passionnés d’images, amateurs et professionnels, de participer à des jeux photographiques à travers un réseau social dédié et organisé autour de manifestations culturelles, d’événements citoyens ou de tendances artistiques. Simple concours photographique participant à la révélation de talents anonymes, rencontre entre initiés, jeu de pistes ou de vitesse, Wipplay invite les internautes à exposer leurs images sur la toile, à ciel ouvert ou dans des galeries, et à les faire évaluer par les plus grands professionnels de l’image.

     

    « L'Humanité, quel monde incroyable !75 animaux endormis qui se prennent pour des oreillers »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 28 Février 2014 à 09:51

    Si il n'y avait que Marie et moi pour faire vivre ce petit monde de voyeurs, il y a longtemps qu'ils crèveraient de faim et que leurs torche-culs auraient disparut des vitrines

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :